Saad Lamjarred doit se faire soigner, selon Erramdani (Vidéo)

Redouane Arramdani s’est penché sur l’affaire de Saad Lamjarred. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’animateur de «Kafass Al Itiham» n’y est pas allé de main morte.

Pour le journaliste, il est temps pour la superstar marocaine, poursuivie en France pour deux affaires de viol, de se faire soigner après deux ans de déboires judiciaires pour des affaires de viols.

«Saad Lamjarred a besoin d’être secoué, pas d’être consolé, d’autant plus qu’il est désormais considéré comme une véritable icône représentant le Maroc», a-t-il martelé.

Erramdani a également souligné que plusieurs proches de Saad affirment que le chanteur souffre de véritables soucis psychiques et qu’il a besoin de se faire soigner. «Je dis cela par amour pour Saad Lamjarred. Lorsqu’il a été libéré la première fois, plusieurs fans ont exprimé leur joie et l’ont défendu. Finalement, il a été impliqué dans une seconde affaire de viol», a précisé l’animateur.

Rappelons que Saad Lamjarred a été remis en liberté sous contrôle judiciaire par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence. “Il s’agit d’une liberté conditionnelle que mon client a obtenue, je ne peux pas vous donner plus de détails pour le moment”, a affirmé l’avocat Jean-Marc Fédida à Le Site info.

Selon Var-Matin, Lamjarred ne doit pas quitter la France, il doit remettre son passeport marocain à la justice, rester dans sa résidence parisienne et “pointer une fois par semaine” au commissariat le plus proche. Le chanteur ne devra pas se rendre dans la région d’Aix-en-Provence où il est accusé de viol. Il devra enfin répondre aux convocations, et laisser une caution de 75.000 Euros. Des conditions de détentions qui rappellent la fois où il avait obtenu la liberté provisoire dans l’affaire “Laura Prioul” à Paris.

S.L.

 

  • Henri Comte

    Icône du Maroc ou e con tout simplement. Un violeur en série ne représente pas le peuple marocain’ heureusement

Suggestions d’articles

Le gouvernement refuse de fermer les centres de “roqya” au Maroc

Le gouvernement a refusé de fermer les centre de «roqya» appartenant, pour la plupart, à des charlatans se faisant passer pour des exorcistes au Maroc.