Routini Al Yawmi: le département de Bensaïd ne peut pas intervenir directement

Le ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication a affirmé que les enregistrements vidéos à l’intérieur des maisons marocaines et les dépassements qui en découlent, concernant la vie privée des personnes, puis publiées sur les réseaux sociaux, sont soumis au contrôle de la législation marocaine en matière d’accès à l’information.

A une question orale du groupe parlementaire du Rassemblement national des indépendants (RNI), lundi 25 avril, à la Chambre des représentants, Mohamed Mehdi Bensaid a répondu que le législateur marocain a confié à l’autorité judiciaire l’examen de toutes les infractions ayant trait aux insultes, à la diffamation et à l’outrage public à la pudeur.

Et de souligner que l’autorité judiciaire a le pouvoir de poursuivre les personnes qui ont fait l’objet de plaintes à propos de dépassements constatés dans les vidéos qu’elles ont publiées. Quant au rôle, à ce sujet, du ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, il ne dépasse pas celui de la sensibilisation et de la prise de conscience au sein des maisons des jeunes et des centres culturels, a ajouté Bensaid, tout en soulignant que « c’est le résultat auquel nous aspirons ».

De son côté, la députée RNIste, Zineb Simo, qui a posé la question orale au ministre, a déploré que les contenus de ces vidéos portent du tort à l’identité marocaine, qualifiant lesdits contenus de « futiles » et demandant une intervention urgence pour mettre fin à cette nuisance sociétale.

L.A.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page