Les réseaux sociaux, la force tranquille et la bouffée d’oxygène des Marocains

Depuis leur avènement dans la vie quotidienne des Marocains, les réseaux sociaux se sont convertis en de véritables nouveaux médias et une cour de justice où toute la génération connectée a droit à la liberté d’expression. 

Ces nouveaux médias qui sont devenus, au fil du temps, un véritable « Journal du peuple » ont fait leurs preuves dans plusieurs affaires et dossiers qui ont suscité l’intérêt de millions de Marocains. On cite comme exemple l’affaire de l’importation des déchets italiens qui a provoqué l’ire et le dégoût des citoyens. Grâce aux réseaux sociaux et aux pétitions signées, l’affaire a directement touché la ministre de l’environnement Hakima Haité qui a été oblidée de se justifier.

Ce journal du peuple d’un genre nouveau a aussi joué un rôle important dans une autre polémique qui n’est autre que celle des « Serviteurs de l’Etat », affaire dans laquelle ont été impliqués plusieurs fonctionnaires haut placés du Royaume qui ont acquis à des prix dérisoires des parcelles de terrains dans l’un des quartiers les plus luxueux de la capitale.

Si ces deux polémiques n’ont pas eu les résultats escomptés et n’ont finalement servi qu’à dénoncer une injustice trop amère, il y a eu dans l’histoire des réseaux sociaux marocains une affaire qui a fait les choux gras de la presse marocaine et qui a fait interagir tous les Marocains. Il s’agit de l’affaire du couple gouvernemental Habib Choubani et Samia Benkheldoun qui ont été « démissionnés » du gouvernement.

L’une des raisons du succès des réseaux sociaux au Maroc demeure dans le fait qu’il n’est ni politisé, ni partisan, ni tendancieux. Chacun a le droit de s’exprimer et de là s’en suivent plusieurs débats où les internautes cherchent une solution commune. Grâce à ces médias, un certain sens critique se développe de plus en plus chez les Marocains et deviennent de plus en plus conscients des enjeux de la société marocaine.

Le citoyen marocain a trouvé dans les réseaux sociaux un outil d’appui et de soutien efficaces qui lui permet de réaliser les véritables nécessités du peuple, contrairement à ce que promettent les partis marocains et le gouvernement. Les réseaux sociaux au Maroc sont devenus une véritable force de pression et une épée de Damoclès suspendue sur les têtes des grands responsables du Royaume.

Côté chiffres, les Marocains sont assez actifs sur les réseaux sociaux et privilégient la plateforme Facebook pour s’exprimer. Le site créé par Mark Zuckerberg, qui est aussi le deuxième site le plus consulté au monde après Google, a réalisé un taux de pénétration de plus de 25% au Maroc et touche une tranche d’âge comprise entre 15 et 29 ans.  Après Facebook, vient Twitter qui a aussi, à son tour, créé de nombreuses campagnes de sensibilisation, de solidarité et de soutien et touche 48 % des utilisateurs des réseaux sociaux.

S.A


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page