Rebondissements dans l’affaire de la fusillade du café La Crème

Le 8 janvier, une audience publique aura lieu au du Tribunal de première instance de Marrakech au cours de laquelle les douze individus impliquées dans la fusillade du café ‘’La Crème’’ qui avait défrayé bien des chroniques seront déférés devant la Chambre criminelle près la Cour d’appel.

L’affaire qui remonte au 2 novembre 2017 avait vu deux ressortissants hollandais, originaires de la République dominicaine et du Suriname, à bord d’une moto de grosse cylindrée, ouvrir le feu en direction du café, faisant un mort et blessant deux autres victimes.

L’affaire, rapporte le quotidien arabophone Al-Ahdat Al Maghribia, dans son édition de jeudi, avait été reportée le 4 décembre dernier pour permettre à la défense de préparer ses plaidoiries, une procédure d’insérer dans l’affaire principale un nouveau dossier dans lequel trois autres mis en cause étaient poursuivis, ayant été engagée.

Les recherches et l’enquête toujours ouverte avaient abouti dans un premier temps à l’implication de ripoux, d’agents de sécurité, d’agents officiant aux points de contrôle des frontières, de sous-officiers de la Gendarmerie Royale en plus d’officiers de ce corps dont des colonels qui étaient de mèche avec cette mafia.

Il faut voir dans l’affaire la conclusion d’un règlement de compte entre deux gangs criminels et de trafic international de drogue, marocains et rivaux. Le baron de l’une des deux bandes ayant embauché des tueurs pour exécuter l’autre chef, pour 10 millions d’euros. L’affaire avait capoté faisant d’autres victimes que celles ciblées, un jeune étudiant en médecine décédé, et deux blessés dont une jeune fille.

M.J.K

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page