Rebondissement inattendu dans l’affaire de la mineure disparue à Casablanca

Les recherches et investigations menées par la brigade nationale de la police judiciaire au sujet d’un avis de disparition d’une mineure à Casablanca dans des circonstances douteuses, ont révélé qu’il s’agit d’un détournement de mineur et non pas d’une affaire d’enlèvement, de séquestration et de demande de rançon.

Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que les services de la préfecture de police de Casablanca ont reçu, samedi, un avis concernant une disparition suspecte d’une mineure de 12 ans, dont la famille privilégiait la piste d’enlèvement après avoir reçu des SMS exigeant une rançon, ce qui a nécessité l’ouverture d’une enquête judiciaire par la brigade nationale de la police judiciaire sous la supervision du parquet compétent.

L’enquête menée avec la mineure, qui avait rejoint le domicile familial un jour après sa supposée disparition, a montré qu’elle a volontairement quitté chez-elle en compagnie de l’une de ses amies ayant l’âge de la majorité pénale, pour aller séjourner chez elle à Settat, et que c’est elle qui a envoyé les SMS prétendant l’enlèvement, selon la même source.

Une enquête judiciaire a été ouverte pour déterminer les motifs et les circonstances de la prétendue disparition de la mineure, alors que son amie a été placée en garde à vue pour son implication présumée dans une affaire de détournement de mineur, conclut le communiqué.

S.L. (avec MAP)

Suggestions d’articles

DSGN: un inspecteur de police risque gros

Le suspect, aux multiples antécédents judiciaires, a été interpellé en compagnie d'un autre individu à bord d'une voiture et qui s'est avéré être un inspecteur de police exerçant à Nador.