Rapprochement entre le Maroc et le Conseil de l’Europe

Le Maroc est devenu, ce mardi, officiellement le premier pays « Partenaire pour la démocratie locale » du Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux (CPLR) du Conseil de l’Europe, assemblée pan-européenne d’élus territoriaux de 47 Etats membres.

Le protocole d’accord y afférent a été signé en marge de la 36ème session du CPLR, juste après le vote en plénière de la résolution en faveur de l’octroi au Royaume de ce statut qui offre aux pays du voisinage du Conseil de l’Europe un cadre privilégié de dialogue et de contacts institutionnels avec leurs homologues européens.

Le document a été signé, côté marocain, par Mohand Laenser, président de l’association des Régions du Maroc (ARM), et Abdelouahhab El Jabri, gouverneur à la Direction Générale des Collectivités Locales relevant du ministère de l’Intérieur, et côté européen, par Anders Knape, Président du Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux.

Les deux parties se sont félicitées de l’importance de cet événement qui vient renforcer davantage la coopération réussie unissant depuis des années le Maroc et le Conseil de l’Europe, autour des valeurs communes de promotion de la démocratie et de l’Etat de droit, en étendant le champ de ce partenariat au domaine de la démocratie locale.

« C’est un grand plaisir d’être ici pour la signature du protocole d’accord relatif à l’adhésion du Maroc au statut de partenaire pour la démocratie locale », a souligné le président du CPLR, lors de la cérémonie de signature qui s’est déroulée en présence des membres du Congrès, de la délégation marocaine d’élus locaux et régionaux participant à la session et du Consul général du Royaume à Strasbourg, Khalid Afkir.

Cela symbolise, a-t-il dit, « une nouvelle étape dans notre engagement mutuel pour poursuivre et étendre le dialogue et la coopération ».

Knape a saisi cette occasion pour réaffirmer le soutien du Congrès aux avancées du Maroc sur la voie du renforcement de la gouvernance locale et régionale dans le cadre de leur coopération, saluant la présence d’une délégation marocaine représentative de différentes régions du Maroc pour célébrer cet événement.

« La délégation marocaine entière vit avec satisfaction et joie cette nouvelle étape de rapprochement entre les collectivités locales marocaines et le Congrès qui vient s’ajouter à de nombreux liens qui unissent le Maroc au Conseil de l’Europe », a souligné M. Laenser, président de l’ARM et de la Région de Fès-Meknès, qui conduit la délégation marocaine.

Il a notamment mis en exergue la portée symbolique du fait que le Maroc soit le premier Etat à bénéficier du statut de Partenaire pour la démocratie locale, qui est « à la fois un sujet de fierté pour les collectivités locales marocaines mais aussi un acte d’engagement et de responsabilité à œuvrer davantage à renforcer la démocratie locale que le Royaume du Maroc a choisie comme base de son développement ».

Laenser a tenu à remercier à cet égard « tous ceux qui ont contribué à la concrétisation de ce projet, notamment le président et l’ensemble du Congrès, ainsi que les acteurs marocains qui se sont mobilisés depuis plusieurs années « pour nous faire vivre ce moment officiel, élus comme société civile marocaine».

De son côté, le gouverneur Abdelouahhab El Jabri a salué l’adoption de la résolution faisant du Maroc le premier pays à bénéficier du statut de partenaire pour la démocratie locale auprès du Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux du Conseil de l’Europe.

Il s’est dit convaincu du niveau élevé de ce partenariat : « c’est le partenariat du développement local, le partenariat de la proximité, le partenariat du voisinage, mais également le partenariat de fraternité entre les peuples d’Europe et du Royaume du Maroc ».

«Ce partenariat sera également l’occasion pour nos élus de bénéficier de la riche expérience et de l’expertise du congrès et de partager également toutes les bonnes expériences, de part et d’autre, de la Méditerranée », a-t-il dit en remerciant tous ceux qui ont permis l’aboutissement de ce processus.

Laenser et El Jabri devront s’adresser mercredi aux membres du Congrès, lors d’un débat qui sera introduit par une présentation du Partenariat Sud-méditerranéen par les porte-paroles du Congrès, Piero Fassino, et Constance de Pelichy.

Dans son rapport présenté devant le Congrès avant le vote de la résolution en faveur de l’octroi au Maroc du statut de partenaire pour la démocratie locale, Fassini avait soutenu la demande marocaine qui « témoigne de l’intérêt du Maroc pour notre travail et s’inscrit dans le cadre des excellentes relations entre le Congrès et les autorités marocaines à tous les niveaux ».

« C’est dans ce contexte prometteur que nous nous réjouissons de l’ambitieuse coopération qui s’amorce», a souligné le porte-parole du Congrès sur le partenariat sud-méditerranéen.

Le Maroc est le premier pays de la rive sud de la Méditerranée à avoir formulé une demande d’adhésion à cette instance pana-européenne, reflétant son engagement irréversible en faveur du développement de la démocratie locale et la consolidation de l’édifice décentralisé basé sur ses spécificités institutionnelles et culturelles.

Le Royaume s’engage à travers ce Statut à continuer à développer son processus de décentralisation et de régionalisation impulsé par le roi Mohammed VI, qui vise non seulement l’approfondissement de la démocratie locale, largement participative, mais constitue également un levier pour consacrer les régions en tant qu’acteurs privilégiés dans le développement global intégré durable et surtout inclusif du Maroc.

La demande marocaine a été adressée le 30 mai 2018 à la présidence du CPLR par le ministre de l’Intérieur, le président de l’Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC) et le président de l’Association des Régions du Maroc (ARM). Elle avait été approuvée le 18 juin 2018 par le Bureau du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, avant d’être confirmée lors de cette 36e Session du Congrès qui se tient cette semaine au siège du Conseil de l’Europe à Strasbourg sous le thème annuel « Des maires pour la sauvegarde de la démocratie ».

En vertu de la résolution votée avec effet immédiat, la délégation marocaine se voit attribuer 6 sièges de représentants et 6 sièges de suppléants au sein de cette instance pan-européenne représentant les autorités locales et régionales des 47 États membres du Conseil de l’Europe et qui compte plus de 200.000 collectivités locales et régionales.

Les membres de la délégation marocaine pourront ainsi siéger aux côtés de leurs homologues du Congrès et contribuer aux débats en session, sans droit de vote, ainsi qu’à ses travaux en commissions de monitoring, des questions d’actualité et de la gouvernance.

La délégation marocaine participant à la 36e session est composée de 9 membres, dont les trois présidents des associations marocaines de pouvoirs locaux et régionaux. Il s’agit de Mohamed Boudra, président de l’Association marocaine des Présidents des conseils communaux (AMPCC), Saâd Ben Mbarek, président de l’Association marocaine des Présidents des conseils préfectoraux et provinciaux (AMPCPP), en plus de Mohand Lanenser, président de l’ARM.

S.L. (avec MAP)

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page