Ramid: “Je ne conçois pas que Zefzafi passe 20 ans en prison”

Mustapha Ramid était l’invité ce dimanche de l’émission “Confidences de presse”, diffusée sur 2M. Le ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme a profité de son passage sur la chaîne d’Aïn Sebaâ, pour faire savoir que la situation des droits de l’Homme au Maroc “progresse régulièrement” par rapport aux années précédentes.

“Je suis satisfait de la situation des droits de l’Homme au Maroc, qui connaît des progrès réguliers et constants”, a-t-il affirmé, avant de souligner que “certains dossiers ont encore besoin de plus de liberté”.

“Il y a un problème dans la création d’associations. Le respect du droit au procès équitable pose encore problème dans certains dossiers”, a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, le dirigeant PJDiste a exprimé sa sympathie envers les détenus du Hirak, refusant au passage de commenter les peines prononcées à leur encontre. “Je ne peux pas juger ces décisions, car j’ignore les détails du dossier”, a-t-il dit.

“Je ne conçois pas que Zefzafi puisse passer 20 ans derrière les barreaux”, a-t-il cependant déclaré. Ramid a-t-il laissé entendre que le dossier pourrait connaître un tournant décisif dans les jours à venir?

Rappelons que la Cour d’appel de Casablanca a confirmé, vendredi 5 avril, les jugements de première instance prononcés à l’encontre des activistes du Hirak et du journaliste Hamid El Mahdaoui. Une peine de 20 ans de prison ferme avait été notamment prononcée à l’encontre du leader du Hirak, Nasser Zefzafi.

S.L. et K.C.

Suggestions d’articles

2M: une crise financière ronge la chaine de Ain Sebaa

La deuxième chaîne nationale publique vit une grave crise financière dont les répercussions entravent le cours normal de ses activités télévisuelles.