Ramadan: un prêtre marocain appelle à l’abolition de l’article 222

Le prêtre marocain Adam Rbati, président de l’union des chrétiens du Maroc, a appelé à l’abolition de l’article 222 du code pénal marocain, qui prévoit que : « Celui qui, notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du Ramadan, sans motif admis par cette religion, est puni de l’emprisonnement d’un à six mois, ainsi que d’une amende ».

Dans une vidéo publiée sur internet, le pasteur de l’église Al Majd à Témara déclare que « La prescription d’une sanction spéciale dans une affaire liée au culte est inacceptable et est contraire à la constitution et aux conventions internationales auxquelles adhère le Maroc ».

Et d’ajouter : « L’espace public appartient à tous les Marocains, jeûneurs et non jeûneurs, et chacun y a le droit d’exercer son droit universel de manger et de boire ». Le prêtre déplore le fait que l’espace public soit devenu le monopole d’une tranche précise de la population, qui impose sa vision sur les autres.

« Arrêter une personne parce qu’elle ne fait pas Ramadan est une mauvaise chose pour le Maroc. J’appelle à ce que tous les Marocains soient égaux dans l’espace public« , a-t-il affirmé.

M.F

 

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page