Rabat: témoignage choc d’une victime de jets de pierres sur l’autoroute

Depuis quelques années, les malfrats sont tombés sur une nouvelle astuce pour le moins dangereuse pour dépouiller les citoyens. Ils jettent des pierres du haut des ponts des autoroutes et ont déjà fait plusieurs blessés et morts.

Dans un récit à Le Monde, Leila Kettani, l’une des victimes des autoroutes marocaines se rappelle de cette nuit où sa vie a totalement basculé. Le drame a eu lieu sur l’autoroute reliant Rabat à Casablanca dans la nuit du 6 au 7 août 2016. Cette architecte de 45 ans et mère de 5 enfants était à bord de sa voiture avec son chauffeur et sa fille de 18 ans. «On nous avait dit que c’était dangereux de prendre la route de nuit. Mais on se dit que ça n’arrive qu’aux autres», a-t-elle confié.

Au moment où elle s’assoupit, des criminels jettent un pavé de 50 centimètre d’un pont, qui a percé le pare-brise avant de s’écraser sur elle. Leila sentait qu’elle allait mourir lorsque le chauffeur a perdu le contrôle de la voiture.

La mère a eu une perforation du foie, une fracture du bassin et une fracture ouverte du bras. «Je vois encore l’image de mon bras coupé en deux, seule la peau le retenait», se rappelle-t-elle. En plus du choc psychologique, Leila a dû passer un an de convalescence. Aujourd’hui, son corps porte encore de nombreuses cicatrices.

Les deux agresseurs ont été interpellés et condamnés à vingt ans de prison ferme. Ils sont âgés de 20 et 21 ans, au chômage et dépendants au karkoubi. Elle a également porté plainte contre Autoroutes du Maroc.

Noura Mounib

 

 

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Casablanca: Abdeladim Chennaoui inhumé au cimetière Chouhada (VIDEO)

L'artiste marocain Abdeladim Chennaoui a rendu l’âme, vendredi soir à Casablanca à l'âge 85 ans, des suites d'une longue maladie, a indiqué le Syndicat marocain du théâtre et des travailleurs du cinéma et de la télévision.