Rabat: que va-t-il advenir des “fonctionnaires de la Communication”? (PHOTOS)

Des dizaines de fonctionnaires et d’employés du ministère de la Communication, supprimé dans la nouvelle architecture du gouvernement El Othmani rémanié, ont organisé un sit-in devant le siège de leur (ex-?) lieu de travail.

“Un Exécutif sans ministère de la Communication?”, se demandent les Marocains. Pourquoi? Comment? Pour l’heure, ce qui préoccupe davantage les fonctionnaires et employés d’un département dissous est ce qu’il va advenir d’eux.

Selon des sources de Le Site Info, les concernés ne savent pas à quel saint se vouer et craignent d’être mutés dans d’autres services aux attributions autres que celles qu’ils ont exercées pendant de longues années.

En sus de ces raisons professionnelles légitimes, ajoutent les mêmes sources, d’autres raisons personnelles et privées sont invoquées par ces fonctionnaires et employés d’un ministère évaporé dans la nature. Elles concernent des projets immobiliers, d’études de leurs enfants ou autres, entamés pendant qu’ils exerçaient encore au sein du ministère de la Communication.

Ne sachant sur quel pied administratif danser, il est attendu que les intéressés ne vont pas cesser leurs mouvements protestataires de sitôt. Et ce, tant qu’ils ne seront pas fixés sur leur sort et tant que l’on ne veuille pas encore bien éclairer leurs lanternes sur leur avenir de fonctionnaires et d’employés.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Fonds spécial: les fonctionnaires ne sont pas obligés de participer

Les prélèvements sur les salaires des fonctionnaires au profit du Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) ne sont pas "obligatoires", a affirmé ce samedi, le ministre du Travail et de l'insertion professionnelle, Mohamed Amekraz.