Rabat: le roi Mohammed VI préside la première causerie du Ramadan

Le roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, accompagné du prince héritier Moulay El Hassan, du prince Moulay Rachid et du prince Moulay Ismail, a présidé, vendredi au Palais Royal à Rabat, la première causerie religieuse du mois sacré de Ramadan.

Cette causerie a été animée par le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, sous le thème : “Investir les valeurs de la religion dans le modèle de développement” en s’inspirant du verset coranique: “Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Dieu” (Sourat Al Imrane).

Toufiq a entamé son intervention en soulignant que l’économie joue un rôle important dans une société islamique, en ce sens que si cette économie fonctionne bien et repose sur la modération, elle sera en mesure de garantir la sécurité de la oumma, de satisfaire les besoins des nécessiteux et d’instaurer la paix sociale, en veillant à une utilisation à bon escient de l’argent par les plus nantis de cette société.

Après avoir passé en revue les concepts du “développement” et du “modèle” selon plusieurs approches, le conférencier a souligné que la religion est en soi un modèle de développement et que le mode de vie que cette religion propose ne peut être qu’exemplaire.

Concernant la relation entre les valeurs et l’économie dans les pays non musulmans, il a fait remarquer que l’évolution des sociétés occidentales a fait naître des courants matérialistes qui prônent la séparation entre la religion et la gestion des affaires de la communauté, en particulier en ce qui concerne les questions économiques et la richesse faisant la part belle à la logique des chiffres aux dépens des croyances religieuses.

Il a également noté que l’utilisation des valeurs de la religion dans le modèle de développement a pour objectifs d’augmenter les richesses de la nation et de réduire l’impact de la pauvreté, précisant que le devoir d’investir les valeurs de la religion incombe à l’État qui a pour compétence d’ordonner le “convenable” et d’interdire le “blâmable”.

À l’issue de cette causerie, le roi a été salué par le grand mufti d’Egypte, Shawki Allam, le vice-président de l’université islamique Darul Huda en Inde, Bahauddeen Muhammed Nadwi, le directeur de l’institut de la civilisation islamique à Moscou, Saïd Hibatullah Kamilev, le membre de la section de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains en Côte d’Ivoire, Cheikh Younous Touré, le président de la section de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains au Bénin, Abderahim Chiit Than et l’ex professeur universitaire soudanais, Cheikh Abdelkader Abou Arki.

Le Souverain a également été salué par le président de la section de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains dans l’Union des Comores, Yahya Mohamed Ilyas, le président de la section de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains au Rwanda, Musa Sindayigaya et le membre de la section de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains en Angola, Matete Nzola.

Par la suite, Toufiq a présenté au roi un enregistrement sonore de 20 lectures complètes du Saint Coran réalisées par des mémorisateurs marocains, dont 17 ayant accompli chacun un enregistrement complet du Coran selon la lecture Warch, le plus ancien étant feu Hadj Abderrahmane Benmoussa, ainsi qu’un enregistrement commun à 4 mémorisateurs et une trentaine de mémorisatrices ayant enregistré chacune deux Hizb, outre une lecture collective du Hizb Al Ratib faite dans 60 mosquées du Royaume.

S.L. (avec MAP)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page