Rabat: Alsa provoque la colère des usagers des bus

Une semaine après l’entrée en service des nouveaux bus Alsa à Rabat, des usagers de ce moyen de transport ont exprimé leur colère suite à la suppression de plusieurs lignes. La société a d’ailleurs reçu de nombreuses plaintes en provenance de Rabat, Salé, Témara, Tamesna et d’autres régions. Cette suppression de lignes, survenue sans préavis, a mis plusieurs usagers dans l’embarras, eux qui croyaient que le remplaçant de Stareo allait enfin améliorer la qualité du système du transport urbain.

A Tamesna par exemple, deux lignes sur trois, à destination de Rabat, ont été supprimées, au grand dam des habitants de cette région. La plupart, surpris par cette décision, prennent désormais des taxis à 13 dirhams pour se rendre au centre-ville de la capitale.

Par ailleurs, la société Alsa d’apprête à augmenter le nombre de bus à partir de ce mercredi 28 août. Sur sa page Facebook, le vice-président de la commune de Rabat Abdellatif Soudou a annoncé que 240 bus circuleront désormais dans la capitale, au lieu de 150. «A partir du 15 septembre, le nombre de bus passera à 330. 350 bus entreront également en service à partir d’octobre», a-t-il promis

Rappelons que les services de police ont procédé à l’interpellation de l’individu qui a brisé la vitre d’un nouveau bus dans la région de Rabat. Ce dernier avait jeté des pierres sur le véhicule flambant neuf.

L’information a été confirmée par Abdellatif Soudou, sur Facebook. Le responsable a profité de l’occasion pour saluer les efforts déployés par les autorités locales et sécuritaires pour la protection des biens publics.

Le groupement Alsa-City Bus a lancé ses activités mercredi 21 août à Rabat, après avoir décroché le contrat de gestion déléguée du transport urbain au niveau de Rabat-Salé-Témara. Le démarrage tant attendu de ces véhicules neufs qui remplacent ceux de la société Stareo se déroulera de manière progressive. Le tarif a été fixé à cinq dirhams au cours des premières années de l’exploitation.

N.M.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le Maroc attend toujours la réponse d’Amnesty international (responsable)

Les autorités marocaines sont "toujours en attente" de la réponse d'Amnesty international à la lettre du chef du gouvernement.