Procès du Hirak: colère sur les réseaux sociaux après l’annonce du verdict

Le procès des activistes du Hirak du Rif a livré son verdict. Des peines allant de 20 ans de prison ferme à un an de prison avec sursis ont été prononcées, mardi par la Chambre criminelle de la Cour d’Appel de Casablanca à l’encontre des accusés dans les événements d’Al Hoceima.

Nasser Zefzafi a été condamné à 20 ans de prison ferme. Les deux compagnons du leader du Hirak du Rif, Nabil Ahamjik et Samir Ighil, ont également écopé de la même peine.

Après l’annonce du verdict, plusieurs internautes ont tenu à exprimer leur colère quant à la sévérité des peines prononcées.

“En l’espace de 24h, la fierté du peuple marocain pour son équipe nationale et ses supporters a laissé place au dépit pour sa justice…”, a écrit un twitto.

“On était dans un mood positif, fier de notre pays, plein d’amour et de joie… mais ils ont décidé de nous ramener à la dure réalité…”, affirme un autre internaute.

Mardi soir, les familles des accusés ont, pour leur part, crié au scandale au Tribunal de Casablanca et ont dénoncé le verdict des jugements qu’ils ont qualifié d’injuste. Les avocats des accusés se sont également indignés et ont demandé à ce que le jugement soit “revu” et “expliqué à l’opinion publique”.

Rappelons que les mis en cause sont poursuivis, chacun en ce qui le concerne, de plusieurs chefs d’inculpation, notamment, “atteinte à la sécurité intérieure de l’État”, “tentatives de sabotage, de meurtre et de pillage”, “réception de fonds, de donations et d’autres moyens matériels destinés à mener et à financer une activité de propagande à même d’attenter à l’unité et la souveraineté du Royaume”.

Ils sont, également, accusés “d’ébranler la loyauté des citoyens envers l’État marocain et les institutions nationales”, “la participation à l’organisation d’une manifestation non autorisée” et “la tenue de rassemblements publics sans autorisation”.

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Affaire “Hamza mon bb”: le verdict est tombé pour Soukaina Glamour & Co

Les trois accusés étaient poursuivis en état d'arrestation dans le cadre de l'affaire “Hamza mon bb”.