Prix des produits alimentaires: bonne nouvelle pour les Marocains

Après une récente flambée inquiétante des prix de divers produits de consommation, un début de retour à la normale semble bel et bien amorcé en cette deuxième dizaine du mois sacré de Ramadan.

Ce brin d’espoir est alimenté, entre autres, par une offre couvrant largement les besoins en produits et denrées de consommation durant ce mois sacré qui connaît, chaque année, une hausse significative de la demande en raison d’un habituel comportement de surconsommation alimentaire.

Les récentes pluies, certes en retard, ont aussi un rôle important à jouer, aux côtés des mesures mises en place par le gouvernement, dans l’atténuation de l’envolée des prix de produits alimentaires.

D’ailleurs, la Commission interministérielle chargée du suivi de l’approvisionnement, des prix et des opérations de contrôle des prix et de la qualité, réunie pour la deuxième fois en ce mois sacré, a fait état d’une stabilisation des prix de plusieurs produits durant la 2ème semaine de Ramadan, et ce par rapport à ceux observés la 1ère semaine.

Mieux encore ! Les prix de quelques produits ont même commencé à baisser, en particulier ceux de certaines légumineuses et épices, des oranges et des tomates, d’après ladite commission.

A l’origine aussi de cette situation, les efforts continus déployés par les commissions mixtes locales de contrôle qui veillent au contrôle des marchés en vue de lutter contre toute pratique nuisant à l’évolution normale des prix des produits.

Ce contrôle, effectué du 1er Chaabane au 10 Ramadan 1443, a porté sur 76.587 points de vente, permettant la destruction de 123 tonnes de produits impropres à la consommation ou non conformes aux normes en vigueur.

Au détail, 3.070 infractions en matière de réglementation sur les prix et sur la qualité ont été constatées. Les infractions sanctionnées par des Procès-verbaux adressés aux tribunaux compétents, portent sur 1.153 Infractions à la loi 31-08 édictant les mesures de protection du consommateur portant principalement sur le défaut d’affichage des prix, 460 infractions à la loi 104-12 sur la liberté des prix et de la concurrence portant essentiellement sur la hausse illicite des prix réglementés, 727 infractions à la loi 77-15 portant interdiction des sacs en plastique et 74 infractions aux textes relatifs à l’hygiène et sécurité sanitaire. Caisse de compensation : Une « soupape de sécurité » renforcée

Parallèlement, le gouvernement a fait part de sa disposition à mobiliser les ressources financières nécessaires pour couvrir la charge de la subvention supplémentaire de certaines matières alimentaires et suivre la hausse de leurs cours à l’international.

C’est ce qu’a affirmé, lundi à la Chambre des représentants, le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, faisant savoir que les charges de la Caisse de compensation devraient augmenter de plus de 15 milliards de dirhams (MMDH) supplémentaires par rapport aux prévisions de la loi de finances 2022, fixées à 17 MMDH.

L’Exécutif s’est engagé aussi à coordonner avec l’ensemble des professionnels afin de stabiliser les prix et maintenir leur niveau approprié et habituel, a-t-il indiqué, notant que les produits de grande consommation feront l’objet d’un contrôle et d’un suivi continu.

L’objectif est bien clair. La préservation du pouvoir d’achat des citoyens et l’approvisionnement régulier et normal des marchés nationaux et ce, malgré la conjoncture mondiale actuelle qui se caractérise plus que jamais par l’incertitude et la montée en flèche des tensions inflationnistes.

Des tensions qui, rappelons-le, pèsent bien évidemment sur les prix des produits alimentaires importés par le Royaume, comme le blé et le sucre. En effet, les prix du blé se sont élevés à un plafond de 457 dollars/tonne, voire 500 dollars/tonne, avec une moyenne de 358 dollars/tonne, alors que les prix du sucre se sont situés à 463 dollars/tonne, avec une moyenne de 440 dollars/tonne.

Et comme l’a bien affirmé le chef du gouvernement, accélérer l’autonomie énergétique et assurer la sécurité alimentaire sont deux questions d’une importance cruciale au regard des répercussions du conflit entre la Russie et l’Ukraine, de la crise du Covid-19, ainsi que des effets du changement climatique.

S.L. (avec MAP)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page