Prix, conception… ce que l’on sait sur les futures toilettes publiques de Casablanca

Image d'illustration - DR

A trois semaines de l’ouverture des plis de l’appel d’offres lancé par la société de développement local (SDL) Casa Aménagement quant au marché de l’installation d’une centaine de toilettes dans la capitale économique, la polémique enfle.

Non pas concernant le coût de 60 millions de dirhams (que d’aucuns estiment, exagéré, le budget devant être alloué à d’autres projets plus urgents selon les réfractaires au projet), ni quant aux soumissionnaires, mais plutôt par rapport au cahier des charges et des besoins auxquels le prestataire doit répondre, rapporte le quotidien L’Economiste.

En effet, l’appel d’offres prévoit une “centaine de sanitaires à nettoyage automatique” munis d’un système de lavage et de “désinfection totale à chaque utilisation”. Les normes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite (PMR) sont également prévues.

Ces sanitaires doivent donc répondre aux exigences de la ville de Casablanca au même titre que Paris, Francfort, Madrid et grandes métropoles européennes ou autres…

Le prix dont le montant global est estimé à 60 millions de dirhams dans un premier temps, pourrait être revu à hausse, au regard des 33 milliards de dirhams alloués au plan de développement du Grand Casablanca (2015-2020).

Mais là où il y matière à réflexion et à discussion, c’est l’emplacement et les lieux, ainsi que la distance à observer entre deux cabines, de ces sanitaires qui devraient couvrir la totalité du territoire de la capitale économique, à raison de cinq toilettes par arrondissement dont une pour les PMR, précise le quotidien.

D’autre part, la problématique de se “soulager gratuitement” fait craindre pour la sécurité. Toujours est-il que ce projet, que l’on soit pour ou contre, et en l’absence d’un dispositif de sanitaires salubres à Casablanca, est une bonne nouvelle pour la ville.

M.J.K

Articles similaires

Suggestions d’articles

Où va l’argent de Casablanca ?

Comme beaucoup de Marocains, les Casablancais se demandent souvent où va l’argent public.