Poursuivies en justice, les soeurs Batma font comme si de rien n’était (VIDEO)

Dounia et Ibtissam Batma sont dans de mauvais draps. Les deux soeurs, officiellement impliquées dans l’affaire “Hamza mon bb”, sont poursuivies pour “participation à l’accès frauduleux au système de traitement informatique des données et diffusion d’images et de déclarations d’autrui sans son consentement, dans le but de nuire ou de diffamer”.

Le juge d’instruction du tribunal de première instance de Marrakech a en effet décidé, ce lundi, de les poursuivre en état de liberté dans le cadre de cette affaire de chantage présumé.

Le juge d’instruction a, en outre, décidé le dépôt d’une caution de 400.000 DH par la chanteuse et sa soeur.

Mais tout cela ne semble pas affecter les deux soeurs. Ces dernières sont apparues tout sourire dans des stories Instagram, publiées sur le compte du mari de Dounia, Mohamed Al Turk, ce lundi soir.

Pour rappel, un journaliste, le propriétaire d’une agence de location de voitures et une célèbre blogueuse sont actuellement placés en détention à la prison locale de l’Oudaya, à Marrakech, et sont poursuivis pour avoir propagé des allégations mensongères, d’atteinte à la vie privée d’autrui, de diffamation, de menaces, de chantage et de vol de données électroniques à caractère personnel.

L’affaire a éclaté lorsque la chanteuse marocaine Saïda Charaf avait porté plainte contre le compte anonyme «Hamza monbb». L’artiste a décidé de le traîner en justice pour diffamation. Le célèbre compte chargé de publier des scoops sur les célébrités avait posté des photos de la chanteuse en compagnie d’un jeune homme qui serait pro-polisario. Accusée de trahison, Saïda Charaf a fait plusieurs sorties médiatiques pour se défendre et balayer ces rumeurs, promettant qu’elle poursuivra en justice «Hamza mon bb”.

M.D.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Affaire “Hamza mon bb”: une nouvelle décision concernant Dounia Batma attendue

Le Covid-19, l'état d'urgence, le confinement, ainsi que le couvre-feu, mesures instaurées par les autorités compétentes, nous avaient fait oublié ce sordide feuilleton.