Pourquoi le prix de la volaille s’envole au Maroc

Si poules, coqs, dindons et autres volatiles ne volent pas, leurs prix, eux, prennent des ailes! Ainsi, les prix du poulet repartent à la hausse! Cette augmentation a amené les ménages à bouder la consommation du poulet qui ont atteint 20DH/kg, selon les régions, contre 13 jusqu’à 15DH/kg les dernières semaines, selon le quotidien Al Massae. Il s’agit bien évidemment de prix de vente en détail. Notons que ces prix sur les marchés casablancais restent plus relevés que sur d’autres places dans certaines villes du royaume.

 

La population dénonce cette hausse des prix de la volaille plus conséquente que ceux de la moyenne des produits alimentaires, durant la même période,  ayant aussi subi une inflation qui reste injustifiée.

La source de cette augmentation est du fait d’ éleveurs des poussins, déclare Aziz Al Arabi, président de l’Association nationale des producteurs des viandes de volailles (APV). Et d’ajouter que cette hausse s’explique elle-même par les basses températures qui ont provoqué le retour de la grippe aviaire, le H9N2, qui a causé la mort de poussins avec des taux variant entre 30 et 35%.

Bien que ce virus ne représente aucun danger pour la santé humaine, sa présence parmi les élevages a causé la mort des poules avec des taux compris entre 20 et 30%. Ainsi, le prix de vente en gros varie entre 13 et 14 DH/kg et les responsables de cette augmentation sont les industriels et les distributeurs, révèle le président de l’APV.

Rappelons enfin que les mois d’août et de septembre ont connu une baisse significative des prix, oscillant entre 10 et 11 DH et demi/kg. Un prix sans précédent dans l’histoire du secteur de la volaille qui s’explique par le nombre élevé des poussins durant cette période allant jusqu’à 11 millions, ce qui a causé une lourde perte pour les producteurs.

Chaimaa Habab

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Maroc: allègement du déficit commercial au 1er semestre 2020

Le déficit commercial du Maroc s'est allégé de 16,2% à plus de 85,58 milliards de dirhams (MMDH) au cours des six premiers mois de 2020, selon l'Office des changes.