Plus de détails sur l’affaire de l’âne qui a fait le buzz au Maroc

Un document certifié de la commune de Boulmane, Région Fès-Meknès, faisant état de la vente aux enchères publiques d’un âne, a attiré le sarcasme des internautes. Et certains ont même poussé la plaisanterie trop loin, jusqu’à oser écrire que l’argent de la vente servira à créer de grands projets de développement au profit de la région.

Réagissant à l’ironie et à la risée exprimées sur les réseaux sociaux, le président de la commune de Boulmane a déclaré à Le Site Info que cette proposition de vente aux enchères, datant de ce mardi, est un acte légal et ne contredit ni les mesures, ni les règlements qui régissent ce domaine.

“Je respecte la loi. Et ce n’est pas le première fois que je vends des ânes. Il est de mon droit de mettre en vente une automobile ou une bête de somme”, a martelé Mohamed Amhaouch. Et de préciser que l’animal proposé à la vente aux enchères avait été saisi il y a de cela quinze jours par les services du Haut-commissariat aux Eaux et forêts et à la lutte contre la désertification. Et ce, à cause de l’implication de son propriétaire dans l’abattage illégal d’arbres d’une forêt de la région.

Mohamed Amhaouch a également expliqué que toutes les saisies qui parviennent à la commune sont proposées à la vente aux enchères publiques et ne doivent y être gardées trop longtemps.

Ben Brahim

Articles similaires

Suggestions d’articles

Maroc: un âne vendu aux enchères fait le buzz

Le conseil communal de Boulemane a défrayé la chronique en annonçant qu’un âne âgé sera vendu aux enchères.