Où en est l’affaire du café La Crème à Marrakech?

MarrakechMarrakech Café La Creme

La chambre criminelle près la Cour d’appel de Marrakech a décidé, mardi, de reporter au 4 décembre prochain le procès des mis en cause dans la fusillade du café “La Crème”, survenue à Marrakech en novembre 2017.

Cette décision d’ajourner le procès a été justifiée par le besoin de la présence d’un traducteur, les deux principaux accusés étant des Néerlandais originaires de la République dominicaine et du Suriname.

Le parquet a également refusé d’accorder la liberté provisoire aux détenus dans cette affaire. Lors de cette troisième séance, 13 accusés ont été poursuivis, dont le propriétaire du café ainsi que les principaux accusés dans ce crime, qui a eu pour cible trois victimes du café situé dans le quartier Hivernage de la ville ocre.

Ce crime remonte au 2 novembre 2017 lorsque deux citoyens hollandais d’origine dominicaine et surinamienne se sont dirigés vers le café “La Crème” et ont ouvert le feu sur les clients. Cet assaut armé a fait un mort, un jeune étudiant en médecine, et deux blessés.

Les deux suspects ont été arrêtés pour meurtre avec préméditation et tentative de meurtre suite aux investigations menées immédiatement après le crime par la police judiciaire de Marrakech et la brigade de police judiciaire en coordination avec la direction générale de surveillance du territoire national.

Rappelons que la police a arrêté, le 26 septembre dernier, le Marocain Redouane Taghi et ce, en coordination avec la police marocaine, après avoir mené une enquête approfondie suite à un mandat d’arrêt international.

Ce Marocain qui a orchestré le crime de Marrakech est accusé d’être le cerveau d’opérations d’assassinat de plusieurs jeunes marocains, dans des affaires de règlements de compte liées à un réseau de trafic de drogue multinational.

Hassan Manyani

Suggestions d’articles

CTM: de nouvelles lignes au départ de Casablanca et Marrakech

Ce nouveau service s’inscrit dans la mission originelle de CTM, celle de favoriser le voyage routier sécurisé et de participer au désenclavement des régions du Maroc.