Opération du BCIJ à Tamaris: le frère d’un suspect témoigne (VIDEO)

Ce vendredi, le bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) a mis en échec un dangereux plan terroriste à travers le démantèlement d’une cellule terroriste, composée de sept membres liés à l’Organisation dite “Etat islamique” s’activant dans la localité de Tamaris, banlieue de Casablanca, Ouezzane et Chefchaouen.

Au micro de Le Site Info, le frère de l’un des mis en cause, âgé de 26 ans, a révélé les détails de l’arrestation de ce dernier. Il a ainsi fait savoir que lorsque la police a débarqué, ce vendredi matin au domicile familial sis à Tamaris, son frère se trouvait au travail.

“Ma mère m’a téléphoné pour m’informer que Youssef était recherché par la police et qu’il n’était pas à la maison”, a-t-il ajouté, avant de poursuivre: “Il sera arrêté quelques instants plus tard et ramené à la maison”.

Le frère de l’accusé a par ailleurs indiqué que les éléments du BCIJ ont fouillé la chambre de Youssef et y ont trouvé un tapis en plastique (Hssira) et un autre de prière.

“Mon frère travaillait comme maître-nageur en été et cherchait des petits boulots pour gagner un peu d’argent pendant l’année. Son rêve était de quitter le Maroc”, a-t-il souligné, précisant que sa mère est actuellement dans un état hystérique et ses soeurs aussi.

Par ailleurs, la soeur du mis en cause a affirmé que son frère n’était pas un terroriste. “Il voulait juste émigrer”, a-t-elle martelé.

Rappelons qu’un communiqué du ministère de l’Intérieur a indiqué, plus tôt dans la journée, que cette opération a permis l’arrestation du chef de file de la cellule et de l’un de ses complices suite aux perquisitions effectuées dans un “abri sûr” à Tamaris où a été saisi un lot d’armes à feu composé de deux fusils, trois pistolets automatiques, de diverses munitions, des ceintures pour cartouches, d’armes blanches de grande taille, des épées, des sacs en plastique de grande taille contenant des produits chimiques suspects pouvant entrer dans la confection des explosifs, des menottes, de matériels de plongée, de deux arbalètes de pêche, de deux paires de jumelles, une caméra, des talkie-walkies, des téléphones portables, deux boussoles, des cagoules, une paire de gants, une moto, des sommes d’argent en monnaie nationale et en devise étrangère, ainsi que deux étendards de “Daech” et des manuscrits dont un texte d’allégeance au pseudo-calife de ce groupe terroriste.

Et d’ajouter que parallèlement, il a été procédé au domicile du chef de cette cellule dans la même région d’un zodiac et de matériels de plongée dont des gilets de sauvetage, des paires de palmes, des montres, de lampes torches et masques de plongée, une caméra de plongée, de talkie-walkies, deux cagoules, des gants et un flacon contenant un liquide suspect, indiquant qu’il a été procédé également à la découverte d’écrits sur le mur de ce logement faisant l’éloge de “Daech”.

La perquisition d’une maison louée par un des membres de cette cellule à Ouezzane a permis la saisie de coutelas, de deux haches, de chaussures et tenues de randonnée en montagne, de plusieurs tentes, de cordes d’escalade, de sacs de couchage, de deux boussoles, de talkie-walkies, de torches électriques, d’un chargeur à l’énergie solaire, de jumelles, et de deux gilets de chasse, poursuit le communiqué.

Selon les données disponibles, les membres de cette cellule planifiaient de perpétrer, dans les plus brefs délais, une série d’opérations terroristes visant des infrastructures sensibles et des sites stratégiques et ce, en coordination avec des éléments étrangers.

Y.C.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Gros coup de filet du BCIJ au nord du Maroc

Les mis en cause ont été placés en garde à vue à la disposition de l'enquête menée sous la supervision du parquet compétent.