Nouveau rebondissement dans l’affaire Saâd Lamjarred

La situation se corse pour Saad Lamjarred. Selon des informations de Le Parisien, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a décidé, ce mardi, de renvoyer le chanteur marocain devant la cour d’assises pour le viol présumé d’une jeune femme (aujourd’hui âgée de 23 ans) dans un hôtel parisien, en octobre 2016.

« La cour d’appel infirme ainsi l’ordonnance rendue en avril dernier par la juge d’instruction qui avait requalifié les faits en agression sexuelle et violence, renvoyant l’artiste devant le tribunal correctionnel. Son accusatrice, qui avait fait appel, vient donc d’obtenir gain de cause », peut-on lire dans les colonnes du journal français.

Interrogé par le média, l’avocat de la jeune femme, Me Jean-Marc Descoubes, s’est dit satisfait de la décision. « (…) La chambre de l’instruction a fait une lecture et une analyse rigoureuse des faits, et n’a pas suivi le parquet qui demandait la confirmation du renvoi en correctionnelle. Le viol est un crime, c’est la cour d’assises qui est compétente », a-t-il affirmé.

Rappelons que l’interprète de « Casablanca » avait reçu l’accord de la justice française afin de faire son grand retour sur scène. Malgré ses déboires, Saad Lamjarred a poursuivi sa carrière artistique. Il a sorti plusieurs tubes dont «Ensay», «Njibek», «Ikhallik lili» et «Salam». Son clip, Lm3allem, a dépassé la barre des 760 millions de vues. C’est le clip le plus regardé dans le monde arabe.

M.D.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)

Révélé grâce à l’émission SuperStar en 2007 et connu pour ses chansons « Enty », « Lm3allem » et « Casablanca », Saad Lamjarred affirme avec la chanson égyptienne « Adda Elkalam », sa volonté de chanter dans d’autres langues et dialectes du monde arabe.