Non-port du masque: les autorités de Casablanca ne badinent pas avec les « récalcitrants »

Depuis lundi, les autorités locales et sécuritaires de Casablanca ont durci les mesures à l’encontre des citoyens qui s’entêtent à ne pas porter de masques de protection. Alors que ces « récalcitrants » ne peuvent pas ne pas savoir que le nombre de cas confirmés de covid-19 ne cesse d’augmenter concernant la capitale économique, ainsi que toute la Région Casablanca-Settat.

Afin de mettre fin à ces manquements inciviques et irresponsables,les autorités casablancaises ont renforcé la surveillance et le contrôle des contrevenants à qui des PV sont adressés et qui doivent s’acquitter d’une amende de 300 DH, au moins, pour non-port de masques de protection!

Est-ce encore la peine de rappeler que le port du masque est devenu obligatoire au Maroc depuis des mois? Les autorités compétentes avaient décidé cette mesure préventive et sanitaire pour tous les citoyens autorisés à se déplacer et ce, dans l’objectif d’endiguer le risque de propagation et de transmission du nouveau coronavirus.

« Une personne avertie en vaut deux », dit le dicton. Hélas, certains citoyens réfractaires, de plus en plus nombreux, continuent à faire la sourde oreille et font fi du risque de contamination, pour eux pour autrui, et des mesures coercitives qu’ils encourent.

Rappelons que le décret de loi 2.20.292 édictant des mesures spécifiques à l’Etat d’urgence sanitaire stipule que tout contrevenant est passible d’une peine d’un mois à trois mois de prison assortie d’une amende de 300 à 1.300 DH ou l’une des deux peines, sans préjudice de la sanction la plus lourde. Les mêmes sanctions sont prévues contre tous ceux qui enfreignent les décisions des autorités publiques en ayant recours à la violence, à la menace, à la fraude ou à la contrainte.

Le décret-loi prévoit la même peine pour toute personne qui incite autrui à entraver ou à contrevenir les décisions des autorités au moyen de discours, de cris ou de menaces ou encore tout moyen utilisant un support électronique à cet effet.

Ce décret-loi intervient dans le cadre des mesures préventives urgentes prises par les autorités publiques, conformément à l’article 21 de la Constitution, afin d’assurer la sécurité des populations et du territoire national, dans le respect des libertés et des droits fondamentaux garantis à tous.

Larbi Alaoui (avec Kawtar Zaki)


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page