Et maintenant, le Maroc va-t-il organiser la Coupe du Monde?

Tout le Maroc attendait le verdict. Et les dernières rumeurs sur une qualification prématurée avaient fait planer le doute. Mais la solidité du dossier marocain a finalement convaincu la Task Force, chargée d’évaluer la candidature du Maroc pour le Mondial 2026.

Suite à cette « validation », les Marocains, qui se portent candidats pour la cinquième fois après 1994 (USA), 1998 (France), 2006 (Allemagne) et 2010 (Afrique du Sud), ont déjà remporté une victoire. La note attribuée par le groupe de travail de la FIFA au dossier marocain est de 2,7/ 5, tandis que la candidature nord-américaine a obtenu un 4/5. Même si la candidature nord-américaine obtient une bien meilleure note que le Maroc, il faut souligner le fait que Royaume est seul contre trois pays d’Amérique, dont les Etats-Unis. Le PIB cumulé des 3 est 180 fois celui du Maroc.

Moulay Hafid Alami, président du comité de candidature, s’est félicité vendredi soir de cette décision de la Task Force. S’il a mené avec brio cette première manche, le président de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a lui aussi marqué des points.

« Le 13 juin prochain, en choisissant le Royaume du Maroc, la famille du football fera un choix historique qui permettra à la FIFA de poursuivre le développement du ballon rond dans le monde, le rendre accessible à tous », a déclaré Fouzi Lekjaa. « Ce choix permettra aussi à la FIFA d’envoyer un message fort au monde entier, faisant triompher les valeurs nobles de ce sport, et confortant la Coupe du Monde comme un vecteur d’inclusion et d’ouverture », a-t-il insisté.

« D’autre part, le Royaume du Maroc est un pays à la croisée des chemins entre l’Europe, l’Afrique et le Monde arabe, il incarne un pont culturel mondial et reste un fervent défenseur de la tolérance et du vivre-ensemble. L’organisation d’une Coupe du Monde dans notre pays transmettra un message fort de tolérance et d’inclusion: une Coupe du Monde de la FIFA accessible à tous », ajoute le président de la FRMF. Ce dernier, avait écrit au président de la FIFA pour défendre le dossier marocain et pointer du doigt ce qui pouvait nuire à la candidature du Royaume. Il avait reproché à Infantino d’avoir ajouté ou modifié les critères au dernier moment.

Fouzi Lekjaa, c’est aussi le président qui a été là lorsque le Maroc s’est qualifié pour le Mondial 2018. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il porte bonheur au football marocain avec également la victoire du WAC en Ligue des champions africaine. Le Maroc engrange des points et de la confiance, jours après jours pour convaincre les fédérations de le soutenir. A tel point que Donald Trump a senti le danger venir et a politisé l’affaire. Pour le moment, sur 160 présidents de fédérations, 90 ont assuré leur soutien au Maroc. Le Maroc a le soutien de nombreux pays européens et africains. Le Liberia et l’Afrique du Sud, ont retourné leurs vestes après les menaces de Trump.

Sur un total de 211 fédérations membres de la FIFA, les quatre en lice ne peuvent prendre part au vote. Le Maroc a également demandé à deux reprises que les Etats liés aux Etats-Unis, comme Guam ou les Iles Vierges américaines ne votent pas. Verdict le 13 juin à Moscou.

Hicham Bennani


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page