Mondial 2026: quelles chances pour le Maroc devant une rude concurrence?

Les pays candidats à l’organisation du Mondial de football 2026 se bousculent au portillon de la FIFA. Mais depuis que le président Infantino a émis le voeu de voir cette fête footballistique mondiale organisée par un groupe d’Etats, des mastodontes sont montés au créneau. D’abord, ce sont les Etats-Unis qui ont affiché leur ambition à coorganiser le compétition avec le Canada et le Mexique.

Il y a ensuite l’Australie et la Nouvelle Zélande qui se targuent d’avoir les infrastructures nécessaires pour cela. Ceci, alors qu’on murmure que des contacts ont été établis pour qu’une candidature commune du Maroc, de l’Espagne et du Portugal soit présentée.

Si cette option se concrétisait, elle dépasserait même le cadre purement sportif pour embrasser une dimension beaucoup plus importante. Il s’agira d’une nouvelle vision pour le rapprochement des peuples de deux continents.

Et puisque le football est l’outil approprié pour cela, il appartient à notre ministre de la Jeunesse et des sports, Rachid Talbi Alami, de faire de ce dossier une priorité absolue. Et avec l’aide du très actif président de la FRMF, Faouzi Laqjâa, les arguments ne manqueront pas pour convaincre les partenaires de la péninsule ibérique et les décideurs de la FIFA.

Encore faut-il ne pas dormir sur ses lauriers et oublier que le renforcement des infrastructures tant sportives que des autres secteurs économiques, notamment l’hôtellerie, le transport et les télécommunications, est nécessaire pour pouvoir prétendre décrocher le ticket gagnant.

Eric Febvre


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page