Mohammed VI et Emmanuel Macron inaugurent le TGV (VIDEO)

Le roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron, ont procédé ce jeudi à Tanger, à l’inauguration du Train à Grande Vitesse “Al BORAQ” reliant la ville du détroit à Casablanca, un projet inédit dans son genre au Maghreb et sur tout le continent africain, ayant mobilisé des investissements de l’ordre de 22,9 milliards de dirhams.

L’agence AFP nous apprend que les premiers billets seront mis en vente “dès jeudi soir, les premiers trains circuleront au plus tôt d’ici la fin du mois, avec une fréquence de douze à quinze liaisons quotidiennes”.

La visite d’Emmanuel Macron sera “express” étant donné qu’il a une autre activité prévue à Paris ce jeudi soir.

Selon Jeune Afrique, l’État a contribué à hauteur de 5,8 milliards de dirhams, “auxquels il faut ajouter 1 milliard mobilisé à travers le Fonds Hassan II pour le développement économique et social. L’État français, qui finance 51 % de l’investissement global, a lui fait un don de 75 millions d’euros”.

Emmanuel Macron, est arrivé, jeudi après-midi à Tanger. A l’entrée du Salon Royal de l’aéroport Ibn Battouta de Tanger, le Chef de l’Etat français a été accueilli par le roi Mohammed VI. Les deux chefs d’Etat ont eu ensuite des entretiens en tête-à-tête.

A sa descente d’avion, Emmanuel Macron avait été salué par le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, avant de passer en revue un détachement de la Brigade Légère de Sécurité qui rendait les honneurs.

Macron a ensuite été salué par les Conseillers du roi, Fouad Ali El Himma et André Azoulay, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, et le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaaboun.

Le président a également été salué par l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, le Wali de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, le Président du Conseil de la Région, les élus et les représentants des autorités civiles et militaires de la wilaya.

La ligne à grande vitesse permettra de générer 1.500 emplois directs et 800 indirects. Elle permettra d’accroître le nombre de passagers de plus de 3 millions par an aujourd’hui à plus de 6 millions par an sur l’axe Tanger-Casablanca.

Elle permet de relier ces deux grands pôles économiques, en apportant une solution convenable et durable à une demande de mobilité en croissance continue. Grâce à cette première ligne, les temps de parcours sont considérablement réduits et passent à 50mn au lieu de 3h15mn pour le voyage Tanger – Kénitra, 1h20mn au lieu de 3h45mn pour Tanger – Rabat, et 2h10mn au lieu de 4h45mn pour Tanger – Casablanca.

Soufiane Laraki

Suggestions d’articles

Après la décision du Maroc, des pays expriment leur intérêt pour la CAN 2019

Le Maroc a annoncé qu'il ne se portera pas candidat à l'organisation de la CAN 2019.