Un mineur de 14 ans deux fois violé et filmé par ses agresseurs

©DR

Trois jeunes, un adulte et deux mineurs ont violé un mineur de 14 ans à Casablanca. Comme si le délit n’était pas assez douloureux pour la victime, les délinquants ont filmé le viol et l’ont menacé de publier la vidéo sur la toile.

Le jeune garçon de 14 ans vendait des colombes dans la rue quand il a été accosté par les agresseurs, qui l’ont obligé à monter avec eux dans une maison située à Hay Hassani. Arrivés à la terrasse, les hommes ont commencé à le martyriser et à le contraindre à enlever ses vêtements. Ils l’ont ensuite violé à tour de rôle de la manière la plus barbare.

Pendant l’acte, les agresseurs ont filmé toute la scène et ont menacé le jeune mineur de la publier sur internet. Afin de ne pas subir cette honte devant sa famille et ses proches, ils lui ordonnent de demander une somme importante d’argent à ses parents.

Pendant plusieurs jours, le mineur garda le silence. La honte et la peur l’ont gagné et il n’a pu raconter à personne ses déboires. Mais le calvaire n’était toujours pas fini, puisque l’un des agresseurs a profité de l’absence des parents du mineur pour l’interpeller et le violer une nouvelle fois, toujours avec le même Modus Operandi et avec une vidéo à l’appui.

Ecœuré, cette fois ci, le jeune homme a pu rassembler la force nécessaire pour raconter son malheur et sa honte à sa mère.

Suite aux confessions de son fils, la mère se dirige l’emmène chez un médecin qui a confirmé l’agression. Le médecin lui délivre, alors, un certificat médical de 21 jours.

Après avoir porté plainte, la police a lancé son enquête et a pu mettre la main sur deux des violeurs, pendant que le troisième est toujours en fuite. Cette affaire vient tout de suite après l’affaire de Khadija, la jeune femme qui s’est immolée après avoir su qu’on avait libéré ses agresseurs. Elle trouvera la mort deux jours plus tard. La jeune fille avait été violée par huit hommes et a été victime aussi de chantage sexuel sur internet.

M.D

Articles similaires

Suggestions d’articles

À Casablanca, la “guerre des trottoirs” est (vraiment) déclarée

Une énième (et sûrement pas la dernière!) campagne de lutte contre l'occupation illégale de l'espace public, à Casablanca, est menée tambour battant