Météo: le Maroc menacé par la sécheresse

Maroc
Le Maroc est à la merci des cieux et la météorologie nationale n’est pas confiante: pas de pluies prévues dans les prochains jours. 
“Quand l’agriculture va, tout va”. C’est l’adage de nombreux Marocains qui, aujourd’hui, s’inquiètent face au risque de sécheresse. À quelques jours du 1er décembre, les agriculteurs attendent impatiemment les premières gouttes de pluie de la saison, tentant de sauver une saison agricole qui s’annonce déjà difficile. Pourtant, la météorologie nationale n’est pas confiante: pas de pluies prévues dans les prochains jours, au grand dam des agriculteurs. Les mauvaises nouvelles touchent également nos voisins du nord. L’Espagne et le Portugal sont officiellement en sécheresse cette saison. De quoi désespérer davantage…
Les prières rogatoires, prévues ce vendredi dans les différentes mosquées du Maroc, sont désormais le dernier recours pour implorer les cieux d’être cléments. L’inquiétude est à son comble lorsqu’on sait que l’agriculture fait vivre près de 40% des Marocains et reste de loin le premier contributeur au Produit intérieur brut (PIB), dépassant le tourisme et l’industrie.
De son côté, le ministre de l’agriculture Aziz Akhannouch a minimisé la gravité de la situation. En réponse à la question de l’un des parlementaires lors de la séance du 20 novembre sur l’absence de pluies et ses conséquences sur le pays, le ministre a assuré que la campagne agricole ne sera pas affectée même si le retard des pluies se prolonge jusqu’en fin d’année. Il a même promis aux agriculteurs des programmes afin de sauver leur saison.
Par ailleurs, le Général de Corps d’armée et commandant de la Gendarmerie royale Hosni Benslimane été désigné, par de Hautes instances du Royaume, à la tête d’une commission. Celle-ci aura pour tâche d’élaborer un programme anti-sécheresse de mesures urgentes à prendre, en l’absence de pluies bienfaitrices en cette saison agricole, surtout dans des régions enclavées, comme celles de l’Atlas.
Ainsi, des avions de la Gendarmerie royale de type “Alpha jet” et d’autres de type “King air” seront sollicités pour l’ensemencement des nuages (ndlr: une forme de modification des conditions météorologiques pour faire pleuvoir), une méthode qui a fait ses preuves, ajoute le journal, dans différents pays qui connaissent des retards de pluviométrie.
Noura Mounib

Articles similaires

  • Sélim Lahrech

    Sachant que la position du secteur agricole (primaire) dans la constitution du PIB est fausse! C’est bien les services qui sont en tête avec près de 55%, suivis de l’industrie pour 30%.

Suggestions d’articles

Maroc: un armement russe qui déplaît aux Etats-Unis

Le Maroc pourrait rejoindre la liste de plusieurs pays désirant acquérir des S-400 russes.