Marrakech: un réseau de prostitution démantelé dans une villa

La Cour d’appel de Marrakech est en train de statuer sur l’affaire d’un réseau de prostitution et de traite d’êtres humains.

Les autres chefs d’accusation dont sont passibles les mis en cause, une femme, cerveau du réseau, et un individu chargé de ramener les clients à la villa, lieu des ébats illicites, vont du détournement de mineures à la pratique d’actes homosexuels, vente de boissons alcoolisées sans autorisation, en passant par la complicité. Et parmi les inculpés, figure un élève accusé de prostitution et d’homosexualité.
D’ailleurs, c’est l’arrestation de ce dernier, en partance pour les Emirats Arabes Unis à l’invitation d’un Khaliji pour avoir avec lui des relations sexuelles, qui a permis l’arrestation des membres du réseau en question. L’élève a avoué se prostituer depuis 2005 et fréquenter pour cela, en compagnie d’un ami, une villa sise kilomètre 7, sur la route d’Amizmiz.
Les investigations qui s’en ont suivi ont permis à la Brigade des moeurs de la police judiciaire de connaître le modus morandi du réseau. Les clients de la villa se voyaient proposer de jeunes prostituées que des proxénètes se chargeaient de faire venir. Sitôt arrivées, les filles devaient remettre leurs papiers à un gardien des lieux de débauche, se bichonner et mettre des habits affriolants avant d’être présentées aux clients, pour la plupart des ressortissants de pays du Golfe. Et là, ces derniers commençaient leur “3azla” (choix), c’est-à-dire une ou plusieurs filles sur lesquelles portait leur dévolu lididineux.
Six personnes ont ainsi été interpellées, dont l’élève précité et une employée chargée de la direction et de l’exploitation de la villa. Cette dernière étant la propriété d’un ressortissant belge et servant de lieu de prostitution et de débauche.
Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Marrakech: une villa en feu à cause d’un chargeur de téléphone

Un incendie s’est déclenché dans une villa, située au quartier Semlalia, à Marrakech.