Marrakech: prison pour une femme accusée d’adultère avec un Kessal

Le tribunal de première instance d’Imintanout a condamné une femme accusée d’adultère à six mois de prison ferme et une amende de 1000 dirhams, tandis que son amant, un masseur de bain maure, a été libéré après que sa femme ait retiré sa plainte.

Voici le rappel des faits. L’histoire s’est déroulée le 22 novembre 2017 dans la région de Mejjat, aux environs de Chichaoua (région de Marrakech). Les éléments de la gendarmerie royale ont surpris le Kessal en flagrant délit d’adultère avec son amante. Cette dernière est l’épouse d’un de ses collègues.

C’est le mari de l’accusée qui a porté plainte, guidant les gendarmes jusqu’à l’endroit où les deux amants se cachaient. D’après des sources proches, l’accusée a avoué qu’elle a déjà eu des rapports sexuels à plusieurs reprises avec le masseur, profitant de l’absence de son mari. De son côté, l’accusé a nié en bloc toute relation avec l’épouse de son collègue, expliquant qu’il l’accueillait pour tenter de la réconcilier avec son mari.
L’époux de l’accusée avait déposé plainte chez les éléments de la gendarmerie royale à Mejjat après avoir émis des doutes concernant sa femme. Cette dernière, selon son mari, n’était jamais à la maison et rentrait souvent tard la nuit.

« Lorsqu’il découvre la relation des deux amants et le lieu de leurs rendez-vous habituels, il avertit aussitôt les gendarmes qui les surprennent en flagrant délit et les arrêtent », rapporte une source proche du dossier.
N.M.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Conditions de retour au Maroc: le ministère apporte plus de précisions

A la suite de la publication du communiqué du gouvernement, relatif aux conditions d’accès au territoire national pour les ressortissants marocains et les étrangers résidant au Maroc, des demandes de précisions ont été soulevées au sujet de certaines modalités pratiques de mise en œuvre de ce dispositif spécial.