Marrakech: la belle action d’un Suisse envers les enfants abandonnés (VIDEO)

Un proverbe marocain dit que “l’on peut trouver des bienfaiteurs chez autrui plus que chez les siens”. Et l’exemple de ce ressortissant suisse, qui a préféré priver sa propre progéniture de la moitié de sa fortune au profit d’enfants marocains abandonnés ou orphelins, aux environs de Marrakech, est des plus édifiants et des plus admirables.

M.Huppert, cet homme d’affaires helvète, dont la vidéo est devenue virale, a déclaré avoir dédié 2 millions d’euros, la moitié de son pécule, à une centaine d’enfants de Tahannaout, ville située à 30 kilomètres de la ville ocre, dans la Région Marrakakech-Safi.

Le ressortissant suisse, installé depuis dix ans au Maroc, a convaincu ses trois fils du bien-fondé de sa décision. “Papa a décidé de donner un autre sens à la moitié de votre héritage. J’ai dépensé 2 millions ici avec beaucoup de joie”, leur a-t-il confié après les avoir fait venir au Maroc.

Avec cette somme considérable, M.Huppert a ainsi construit un village pour cette centaine d’enfants orphelins ou abandonnés. Il a également lancé un appel à d’autres bienfaiteurs, d’ici ou d’ailleurs, de suivre son exemple ou d’apporter leur assistance dans son projet. Même en envoyant ” un sac de vêtements usagés”, a-t-il ajouté.

Que nos milliardaires (Suivez mon regard!), nos bienfaiteurs en prennent de la graine! Faut-il toujours que ce soient des gens de bonne foi, généreux, venus d’ailleurs, qui pensent à atténuer le triste sort de pauvres hères marocains que la vie n’a point épargnés et qui survivent dans la précarité et l’abandon, à l’instar des enfants de Tahannaout?

Merci mille fois à M.Huppert, cet homme d’affaires suisse qui se sent Marocain dans l’âme et qui, dit-il, ne garde plus de sa Suisse natale ” que ma petite croix  sur la casquette”!

Larbi Alaoui (avec Khadija Chafi)

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le Maroc a-t-il vraiment commandé des kits de dépistage à une firme sud-coréenne?

Le Directeur de la Direction de l’épidémiologie au ministère de la Santé, Mohamed El Youbi, a répondu à la question.