Marrakech: des changements radicaux prévus à Jamaâ El Fna

Les autorités de Marrakech s’apprêtent à effectuer plusieurs changements à Jamaâ El Fna afin de protéger les touristes locaux et étrangers qui s’y rendent.

Selon nos confrères du Huffpost, ces changements concerneront les dresseurs de singes, les neqqachates, les charmeurs de serpents, les voyantes ou encore les chauffeurs de taxis qui profitent de la saison estivale pour arnaquer les clients.

Les autorités ont pris cette décision suite aux nombreuses réclamations reçues, dénonçant les mauvaises pratiques qui écornent l’image de la célèbre place. Objectif: protéger les clients, lutter contre l’arnaque et promouvoir la destination afin d’attirer davantage de touristes.

D’après la même source, des panneaux d’affichage des tarifs seront installés à l’entrée de Jamaâ El Fna afin d’éviter toute arnaque ou escroquerie. Les agences de voyages et les hôtels participeront également à cette campagne et recevront des brochures informatives dans ce sens. En parallèle, la place sera réorganisée et les charmeurs de serpents, les dresseurs de singes et tous les autres «animateurs» de la place auront désormais un carré numéroté chacun. Les neqqachates, de leur côté, devront porter des badges et ne doivent plus porter de niqab.

Ces dernières ont en effet pris l’habitude d’escroquer les touristes qui viennent faire des tatouages au henné. Le problème qui se pose, c’est que la police trouve du mal à identifier les escrocs puisqu’elles portent toutes le “niqab”.

Selon les dernières informations de Kech 24, les autorités comptent interdire l’entrée à la place Jamaâ El Fna à toute personne portant le “niqab”. Elles veulent ainsi préserver la sûreté publique dans la place et assurer la sécurité des touristes et des citoyens marocains, avance le média local.

N.M.

 

Articles similaires

Suggestions d’articles

Travailleurs étrangers en Espagne: les Marocains en tête

Un total de 273.901 Marocains étaient affiliés à la sécurité sociale en Espagne au premier semestre 2019, indique vendredi le ministère espagnol du Travail, des migrations et de la sécurité sociale.