Marrakech: de nouvelles précisions sur l’affaire du “travesti”

Le procureur du roi près la Cour d’appel de Marrakech n’aurait pas convoqué les policiers impliqués dans l’affaire du «travesti» pour être entendus. C’est ce qu’a confié une source sécuritaire à Le Site info, ajoutant que les concernés n’ont pas été auditionnés contrairement à ce qui a été véhiculé par les médias.

Rappelons que Chafik, le jeune homme déguisé en femme interpellé dans la soirée du réveillon pour avoir causé un accident de la circulation à Marrakech a été entendu mardi 8 janvier par le procureur du roi.

Selon une source de Le Site info, le «travesti» a passé près d’une heure et demi avec le procureur, confiant qu’il lui a raconté ce qui s’est réellement passé dans la soirée du 31 décembre. Il a d’ailleurs présenté un certificat médical de trois mois au tribunal et assuré que l’incident lui a causé un traumatisme psychologique.

De son côté, le directeur général de la Sûreté nationale Abdellatif Hammouchi a décidé des sanctions disciplinaires, allant de l’avertissement à la suspension provisoire de travail en passant par le blâme, à l’encontre de quatre responsables de la préfecture de police de Marrakech. Il s’agit d’un commissaire de police divisionnaire, d’un commissaire principal, d’un officier de paix principal et d’un officier de paix.

Ces mesures disciplinaires ont été prises après les dépassements relevés dans le cadre de cette affaire. En effet, ces fonctionnaires de police ont failli à leurs obligations professionnelles en ce qui concerne la préservation des données personnelles du mis en cause, qui faisait l’objet d’une enquête préliminaire sur un accident de la circulation.

N.M.

 

Suggestions d’articles

Le boxeur Mohamed Rabii écope d’une peine de prison avec sursis

Mohamed Rabii est dans de sales draps.