Marrakech: quelque 70 responsables risquent très gros

Les Marrakchis s’attendent à ce que 70 têtes, et non des moindres, soient sous le couperet à cause des transactions dites « négociées » ayant entaché les travaux de la COP 22 que la ville ocre avait abrité du 7 au 18 novembre 2016.

Selon le quotidien Assabah, il s’agit de quelque 50 transactions dont l’enveloppe budgétaire avait été de 280 millions de dirhams sonnants et trébuchants. Et ce, au nom de personnalités influentes appartenant au Parti de la Justice et du Développement (PJD), dont un député, des entrepreneurs et plusieurs fonctionnaires.

Toutes ces personnes risquent gros après que la Brigade régionale des crimes financiers a fini de diligenter ses investigations, cerné les diverses responsabilités et clos son enquête. Ces 70 personnes ont été entendues par ladite Brigade et certains ont tenté d’expliquer le recours aux transactions précités au lieu et place d’appels d’offres. Car, selon eux, la réalisation des projets inhérents à la préparation de la COP 22 ne pouvait souffrir d’aucun retard.

Cependant, les nombreux dysfonctionnement et dépassements, constatés par les enquêteurs de la Brigade régionale des crimes financiers, augurent de lendemains loin d’être enchanteurs pour les concernés.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Coronavirus: l’artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech

L'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia, est décédé mardi après-midi au CHU Mohammed VI de Marrakech, des suites du Covid-19, apprend-on auprès de sa famille.