Maroc : vers des mesures exceptionnelles dans les zones à risque ?

Face aux inquiétudes croissantes que suscite la propagation de la Covid-19, l’adoption de mesures urgentes permettra d’éviter une situation épidémiologique incontrôlable, a souligné Dr. Tayeb Hamdi, médecin chercheur en politiques et systèmes de santé.

« Nous vivons une situation inquiétante après des mois d’efforts et de résultats positifs. Toutefois, nous pouvons éviter que la situation épidémiologique ne devienne totalement incontrôlable, en adoptant, dès maintenant, des mesures d’urgence », a-t-il expliqué dans une déclaration à la MAP.

« Nous pouvons toujours maîtriser la situation épidémiologique et repousser, voire même éviter, une éventuelle deuxième vague de cette épidémie, à condition que les individus changent leurs comportements et que les méthodes de gestion de la pandémie et de communication soient renforcées », a dit M. Hamdi, soulignant une certaine accélération de l’épidémie dans plusieurs régions du Maroc et dont l’évolution demeure difficile à prévoir.

Les conditions actuelles pourraient entraîner une crise épidémiologique « plus grave que celle que nous connaissons aujourd’hui », avec une éventuelle hausse des chiffres à la première semaine d’août en raison des complications ayant précédé et accompagné l’Aïd Al-Adha et des effets d’allègement du confinement sanitaire, a-t-il averti. Ces mêmes conditions pourraient favoriser l’apparition d’une deuxième vague précoce et peut-être prématurée, a-t-il ajouté.

Éviter une situation épidémiologique incontrôlable dépend du strict respect des gestes barrières et mesures préventives décidées par les autorités sanitaires, notamment l’obligation de porter des masques de protection, d’éviter les poignées de mains et les lieux très fréquentés, et d’être vigilents dans les établissements fermés comme les restaurants, les magasins et les moyens de transport, a affirmé le médecin.

Il a, dans ce sens, souligné la nécessité de prendre des mesures exceptionnelles dans les zones qui connaissent une accélération de la propagation de l’épidémie, de renforcer les équipes médicales qui se trouvent dans ces zones, et d’assurer un suivi et une évaluation quotidiens de l’action des responsables chargés de la gestion de la crise sanitaire.  Certaines zones pourraient ainsi être rigoureusement surveillées par les autorités. On pense à Tanger, Fès, Marrakech et peut-être à Casablanca. Mais tout dépendra du nombre de contaminations les jours à venir. Fermeture de ces villes ? Confinement allégé ou total ? Rien n’a encore été décidé par les autorités.

Dr Hamdi a appelé à intensifier les tests de dépistages, l’isolement et le suivi des « contacts » pour une durée de 10 jours, relevant l’importance d’associer les médecins du secteur privé au système de dépistage. Dr Tayeb Hamdi qui préside le syndicat national des généralistes privés (SNGP) a aussi appelé à généraliser le téléchargement de l’application « Wiqaytna » et à rapprocher les centres de dépistage des citoyens en vue d’inciter les gens à se dépister, de diagnostiquer les nouveaux cas et de suivre et isoler les personnes contacts.

Abordant le rôle de sensibilisation que doit jouer la société civile, M. Hamdi a souligné l’importance d’encadrer les gens et de les inviter au respect des gestes barrières, notant qu’il est nécessaire d’axer la communication sur les jeunes. Il a aussi plaidé pour une amélioration de la communication, à travers notamment la publication de données détaillées et globales et de comparaisons entre les données nationales et internationales et l’ouverture de débats scientifiques qui abordent également les différents scénarios possibles relatifs au développement de cette crise sanitaire.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Ittihad de Tanger: 23 joueurs et membres du staff testés positifs

La direction de l'Ittihad de Tanger a annoncé, dimanche matin, que vingt-trois joueurs et membres du staff administratif et technique du club ont été testés positifs au nouveau coronavirus.