Maroc: un médecin et une infirmière dans de sales draps

Le tribunal de première instance de la ville de Larache a refusé, lundi dernier, d’octroyer la liberté provisoire à un médecin et à une infirmière.
Ces derniers sont poursuivis pour leur implication présumée dans le décès de Farah, une femme enceinte, survenu il y a de cela plusieurs semaines, à l’hôpital provincial de la ville.
L’audience de lundi a connu plusieurs incidents et remous, selon une source oeuvrant dans la défense des droits humains. D’un côté, la défense des deux mis en cause a demandé la liberté provisoire pour ses clients. De l’autre, des membres de la famille de la défunte ont vigoureusement protesté contre cette demande, en organisant un sit-in.
Le tribunal a alors fini par accéder aux desiderata de la famille de la victime en refusant la liberté provisoire au médecin et à l’infirmière. Il a été aussi décidé le report de l’affaire au 28 du mois courant, conformément à la demande de la défense de la victime.
De même que les avocats de Farah ont demandé la convocation au tribunal du chef de gouvernement, Saâdeddine El Othmani, et du désormais ex-ministre de la Santé, Anass Doukkali, pour mettre le doigt sur le laisser-aller, le laxisme et les causes réelles ayant provoqué la mort de cette jeune femme enceinte.
Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Nouveau changement dans le prix des carburants au Maroc

Les prix des carburants au Maroc ont connu de nouveaux changements au cours du second semestre 2019.