Maroc: les pharmaciens dénoncent la vente anarchique des compléments alimentaires

Les compléments alimentaires se vendent un peu partout au Maroc. C’est pour cette raison que les pharmaciens sont sortis de leur silence pour demander la régularisation de la vente de ces produits à caractère pharmaceutique.

La coalition nationale des pharmaciens du PJD déplore le grand désordre dans la distribution des compléments alimentaires au Maroc, qui sont en général vendus partout et n’importe où, et à des prix élevés.

Ainsi, la coalition a entamé des pourparlers avec le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Lahcen Daoudi. En effet, les pharmaciens exigent à ce que les compléments alimentaires retrouvent leurs places dans les pharmacies et qu’ils ne soient pas vendus ailleurs.

De plus, ces derniers demandent à ce que le ministère mette fin à la contrebande de ces produits très sensibles, en renforçant notamment le contrôle.

Et ce n’est pas tout. Les pharmaciens expliquent que ces produits peuvent impacter négativement la santé des citoyens, s’ils ne sont pas vendus dans les endroits adéquats et par un personnel spécialisé.

À titre d’exemple, un complément alimentaire, vendu sur le marché marocain, à base de curcuma, peut causer de très graves répercussions s’il est utilisé par des personnes qui suivent des traitements du cholestérol.

Dans cette optique, les pharmaciens demandent à ce que une nouvelle loi voit le jour régissant ainsi la vente de ces produits, en définissant leur statut. Cette opération permettra de contrôler le circuit de vente dans les pharmacies et fixer les prix.

A.K.A.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le gouvernement approuve un projet de loi important pour les pharmaciens

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi sous la présidence du Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a approuvé le projet de loi n° 18.98 relatif au Conseil de l'ordre national des pharmaciens.