Maroc: de grands pays mettent en garde leurs ressortissants

Près de quatre mois après le double meurtre d’Imlil, qui a coûté la vie à deux jeunes touristes scandinaves, plusieurs grands pays continuent de mettre en garde leurs ressortissants qui souhaitent visiter le Maroc. Il s’agit notamment des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France.

Ainsi, le site officiel du département d’Etat américain révèle que le Royaume est désormais la cible des terroristes radicaux, soulignant que ces derniers visent généralement les sites touristiques et les institutions publiques/gouvernementales, qui comprennent un grand nombre de citoyens.

Le département d’Etat US appelle ainsi ses ressortissants, qui comptent se rendre au Maroc, à “rester vigilants pour faire face à tout danger”, et leur recommande de s’éloigner des endroits “très fréquentés”. Il met aussi à leur disposition un site dédié pour leur permettre d’enregistrer leurs données personnelles et de localisation, de sorte qu’ils puissent envoyer des signaux de danger et faciliter leur identification.

Le ministère des Affaires étrangères britannique a pour sa part mis en garde ses ressortissants désireux de visiter le Maroc, leur rappelant au passage que deux touristes scandinaves ont été assassinées dans la région d’Imlil, aux environs de Marrakech.

Le Forgein Office a tenu à préciser que quelque 650.000 citoyens britanniques se rendent au Maroc chaque année, soulignant toutefois la nécessité de suivre certains conseils pour éviter tout imprévu.

De son côté, la France recommande à ses ressortissants d’éviter de visiter les régions montagneuses au Maroc, en leur demandant de prendre toutes les mesures nécessaires lors des visites effectuées dans les régions forestières et celles éloignées des zones urbaines.

S.L. et R.T.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Cristiano Ronaldo n’a plus rien à craindre aux Etats-Unis

Faute de preuves, la justice américaine a pris la décision de ne pas inculper pour viol Cristiano Ronaldo. L'annonce a été faite ce lundi par le procureur de Las Vegas.