Maroc-Algérie: un journaliste algérien « séquestré » lors du sit in de dimanche

Le journaliste algérien d’Al Watan, Chahreddine Berriah, a été «séquestré» par les autorités de son pays lors de la manifestation tenue dimanche 22 juillet par des Marocains et des Algériens pour réclamer l’ouverture des frontières.

Dans des déclarations à son journal, il a confié qu’il a été encerclé par plusieurs gendarmes à quelques mètres du poste frontalier El Akid Lotfi. «Nous avons été séquestrés, moi, un représentant de la Laddh de Tlemcen Faleh Hammoudi et un activiste de la société civile de Maghnia, Ahmed Belkhir, pendant deux heures. Nous étions sous un arbres entourés de gendarmes, près du poste frontalier. Je ne devais pas me déplacer alors que j’étais sur le territoire algérien, un lieu public… Ridicule», a-t-il regretté.

Le journaliste de 56 ans a également assuré que les autorités algériennes ont compliqué la tâche à la presse nationale, l’empêchant d’atteindre le poste frontalier. «En revanche, les Marocains ont tout fait pour permettre à leurs médias de couvrir l’événement, sans problèmes. En face, toutes les chaînes marocaines filmaient aisément ».», a-t-il comparé.

Rappelons qu’une manifestation a eu lieu dimanche 22 juillet pour appeler les responsables à ouvrir les frontières. Une centaine de Marocains et d’Algériens ont rejoint les postes frontaliers Zouj Bghal et Akid Lotfi et ont scandé plusieurs slogans réclamant l’ouverture des frontières.

N.M.

 

 




Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page