Casa: voici pourquoi un enfant attendra 18 mois pour passer une IRM

La décision a suscité un tollé sur les réseaux sociaux. Pour un examen IRM (Imagerie par résonance magnétique) que doit passer un enfant à Casablanca, le rendez-vous demandé le 18 avril courant a été fixé au… 2 octobre 2019. Une décision “incompréhensible” aux yeux des internautes, qui ont dénoncé “une nouvelle preuve du laxisme et du laissez-aller” des hôpitaux au Maroc.

La direction de l’hôpital d’enfants à Casablanca n’a pas tardé à réagir. Celle-ci a indiqué que l’enfant en question (A.K) souffre d’une infirmité cérébrale depuis sa naissance et que l’IRM “ne revêt pas un caractère urgent dans son cas”.

Selon un communiqué du ministère de la Santé, l’enfant âgé de 4 ans et bénéficiant de la carte Ramed a été admis au service diagnostic de l’hôpital provincial Moulay El Hassan à Nouaceur, le 18 avril, où le pédiatre a diagnostiqué une hémiplégie partielle due à une dystocie.

Le médecin spécialiste a décidé, alors, de rediriger le patient vers l’hôpital d’enfants Abderrahim Harouchi, relevant du Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Rochd à Casablanca, pour examens complémentaires et suivi.

De son côté, la direction de l’hôpital d’enfants Abderrahim Harouchi a affirmé qu’une demande lui a été adressée par l’hôpital relevant de la délégation de Nouaceur pour diagnostiquer le cas de l’enfant A.K par IRM, ajoutant que selon les données cliniques contenues dans la fiche de référence, l’enfant souffre d’une infirmité motrice d’origine cérébrale depuis sa naissance.

La direction de l’hôpital a expliqué que dans ce cas, l’IRM ne présente aucun caractère urgent, ajoutant que ce procédé nécessitant une anesthésie qui ne peut être supportée par cet enfant dans son état actuel, il est nécessaire d’attendre qu’il atteigne l’âge qui lui permet d’effectuer l’examen dans des conditions sûres.

S.L.

Articles similaires

Suggestions d’articles

À Casablanca, la “guerre des trottoirs” est (vraiment) déclarée

Une énième (et sûrement pas la dernière!) campagne de lutte contre l'occupation illégale de l'espace public, à Casablanca, est menée tambour battant