L’ouragan Irma menace-t-il vraiment le Maroc?

L’ouragan Irma a fait une dizaine de morts lors de son passage par Cuba et entraîné d’énormes dommages dans les îles françaises de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, avant d’atteindre en fin de semaine dernière la Floride.
Abdelghani Chehbouni, représentant de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), explique qu’étant situé sur l’autre rive de l’Atlantique, « le Maroc n’est pas à l’abri ».

Selon Abdelghani Chehbouni, « l’intensité de ces ouragans dépend des régions et la région des Caraïbes est connue par l’activation de tels phénomènes atmosphériques en cette saison ». Et d’ajouter: « Le risque étant global, une structure pareille peut bel et bien se charger d’énergie à partir de l’Atlantique et peut très bien arriver au Maroc ».

Selon ce chercheur attaché au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, l’Océan Atlantique, qui dégage récemment d’énormes doses d’humidité de plus en plus ressentie dans de nombreuses villes côtières court un grand risque d’assister à de telles catastrophes naturelles à cause de l’accentuation des émissions des gaz à effet de serre.

Ce qui s’avère aussi « plus inquiétant » pour ce scientifique est à la fois « la persistance des vagues de l’humidité sur la façade atlantique d’un côté et des vagues de la chaleur à l’intérieur du pays ».

Il a également signalé dans ce sens que les températures attendues prochainement au centre du pays (entre 38 et 40 °C) ne « sont pas du tout normales », et restent très alarmantes au cours de cette période de l’année.
Interrogé sur les moyens de faire face à ces défis, Chehbouni explique que pour réduire l’humidité, il faut commencer par « réduire ses sources », qui sont essentiellement les émissions des gaz à effet de serre.
Aussi, et afin de pouvoir contribuer à l’atténuation des effets des changements climatiques, le Maroc doit opter pour des transports plus propres et écologiques, construire des habitats mieux isolés, inciter la population à mener un mode de vie qui respecte l’environnement et intégrer les techniques d’adaptation et d’atténuation des effets climatiques dans les politiques publiques, a-t-il recommandé.

Nabila Zourara


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco



Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page