L’ONSSA alerte contre le danger de certaines plantes au Maroc

L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a annoncé, mardi, le renforcement du dispositif de contrôle et de surveillance phytosanitaire de la bactérie des plantes “Xylella fastidiosa”, qui s’attaque à plusieurs espèces de végétaux, notamment l’olivier.

Cette bactérie ayant touché les plantes dans plusieurs pays, notamment méditerranéens, représente une grande menace pour le patrimoine végétal national, indique l’ONSSA dans un communiqué, relevant qu’elle procède au contrôle systématique de toutes les plantes importées, afin de préserver le statut indemne du Maroc vis-à-vis de cet organisme de quarantaine.

Dans ce sens, une batterie de mesures préventives ont été mises en place par l’Office, notamment l’exigence d’une autorisation préalable pour toute importation de plantes ornementales ou fruitières, la suspension de l’importation des plants des espèces hôtes de “Xylella fastidiosa” à partir des zones contaminées, le renforcement du contrôle phytosanitaire à l’importation, la sensibilisation de l’ensemble des acteurs concernés, ainsi que le renforcement des capacités techniques nationales en matière de diagnostic et de contrôle de cette maladie des plantes.

Par ailleurs, les voyageurs venant au Maroc sont invités à s’informer au préalable auprès de l’ONSSA sur les conditions d’importation et à éviter de transporter, sans documents, tout type de végétaux, ajoute la même source, notant que tout végétal non accompagné des documents phytosanitaires nécessaires sera confisqué et refoulé ou détruit.

“Xylella fastidiosa” est une bactérie nuisible pour plus de 350 espèces végétales, dont l’olivier, les rosacées à noyau et les agrumes, explique l’ONSSA, ajoutant que c’est une maladie bactérienne fortement épidémique pouvant être transmise par le matériel végétal et par des insectes vecteurs.

S.L. (avec MAP)

Articles similaires

Suggestions d’articles

Sahara: le polisario accumule les gifles

Le haut responsable japonais a souligné que "le Japon croit que cette question [du Sahara] doit être résolue de manière pacifique à travers le dialogue entre les parties concernées".