L’Europe veut accéder aux données du BCIJ sur les réseaux terroristes

Plusieurs services de renseignements européens estiment que le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) possède une grande base de données concernant les réseaux terroristes et les milieux radicalisés opérant en Europe. Cette conviction vient du fait que les services marocains pourvoient constamment leurs homologues européens d’informations qui se révèlent exactes et constituent un précieux concours pour circonscrire les dangers que représentent certains individus et groupes sur la sécurité des Etats européens.

Du coup, des pays comme la Belgique, la Hollande, l’Espagne, la France et l’Allemagne espèrent collaborer étroitement avec le BCIJ, notamment en instituant des mécanismes d’échanges d’informations beaucoup plus efficaces que ceux qui existent actuellement. Il s’agit d’accéder directement aux registres du BCIJ afin de mener des opérations préventives contre les milieux extrémistes, et non pas attendre que des attentats se produisent pour enfin réagir.

A noter que les services marocains avaient, à maintes reprises, mis en garde contre des attentats et relayé des informations aux services européens, sans que ceux-ci daignent y prêter attention, comme c’était le cas pour l’attentat au camion bélier de Berlin. Et quand Abdelhak Al Khayam dit que l’action de son département constitue désormais un exemple, il ne parle pas dans le vide.

T.J


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page