« Les images de Bouachrine ne sont pas confidentielles », selon El Hini

L’affaire Bouachrine connait des remous depuis la fuite des vidéos sexuelles de Taoufik Bouachrine. Les avocats des deux parties se sont livrés à un échange d’accusations.

La diffusion sur les réseaux sociaux de vidéos sexuelles objet de poursuite judiciaire du patron d’Akhbar Al Yaoum et Al Yaoum 24, Taoufik Bouachrine, détenu depuis le mois de février dernier pour trafic humain, viol et exploitation sexuelle, a provoqué un fort tapage médiatique. S’en est suivi un échange d’accusations entre les avocats de l’accusé et ceux des plaignantes autour de la responsabilité dans cette fuite des vidéos. Celles-ci ont été soumises à une expertise technique par le bureau de la Gendarmerie royale, dont les résultats ont montré qu’elles ne sont pas préfabriquées.

Interrogé par LeSiteInfo à ce sujet, Mohamed el Hini, membre du comité de défense des plaignantes, a affirmé que le tribunal a fourni aux avocats des copies du rapport d’expertise et non pas la vidéo, ce qui explique qu’il n’y a pas eu de fuite.

Et d’ajouter qu’il n’a diffusé aucune vidéo précisant par là-même que le rapport d’expertise technique ne revêt pas un caractère confidentiel.

Rappelons que le syndicat national de la presse marocaine (SNPM) avait publié un communiqué où il dénonce la publication par certains journaux marocains des images des vidéos attribuées au journaliste Taoufik Bouachrine.

Le SNPM a exprimé son indignation envers la publication des images., un acte qui « porte préjudice à l’image de toutes les parties, à l’égard des plaignants et des accusés, ce qui porte atteinte aux principes d’éthique du métier de la presse », se désole-t-il.

K.Z.

Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page