Les dysfonctionnements d’un grand projet royal pointés du doigt par la FGD

La Fédération de la gauche démocratique (FGD) a demandé l’intervention imminente de Driss Jettou, premier président de la Cour des comptes, pour lancer une enquête sur des dysfonctionnements liés au projet royal « Rabat, ville lumière, capitale marocaine de la culture ».

La FGD souhaite que la Cour des comptes déploie l’ensemble de ses moyens et recourt à ses pouvoirs afin d’éclairer les Marocains, plus particulièrement les habitants de la capitale.

Lors d’une conférence de la FGD organisée la semaine dernière à Rabat, Omar Balafrej, député de la FGD et membre du Conseil de la ville de Rabat s’est confié à Le Site Info: « Cela fait maintenant deux ans et demi que nous usons tous les moyens possibles pour pointer les dysfonctionnements relatifs à ce projet qui a nécessité 9 milliards de dirhams. Nous sommes seulement, parmi 82 conseillers, quatre conseillers qui, par devoir et amour du pays, souhaitons que cette somme soit dépensée de manière juste et équitable pour faire de la capitale l’une des plus belles villes du royaume ».

Le député de la FGD ne mâche pas ses mots et explique que d’autres partis évoquent en catimini ces dysfonctionnements. Ce qui le rend perplexe face au manque de dévouement des autres députés et membres du Conseil de la ville de Rabat. Omar Balafrej a également dénoncé l’indifférence de certains responsables qui « se cachent derrière le roi lorsqu’ils sont incapables de répondre aux questions embarrassantes, ce qui est complètement inacceptable ».

Le projet « Rabat, ville lumière, capitale marocaine de la culture », qui a été lancé en 2014, est orchestré par l’Agence urbaine de Rabat-Salé. Il a nécessité une enveloppe dépassant les 9 milliards de dirhams, mais a connu de grandes anomalies, selon Balafrej.

A noter que les députés de la FGD avaient reproché à Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, sa connivence avec deux entreprises de deux chefs du Parti Authenticité et Modernité PAM). En effet, le ministre de l’Intérieur avait attribué à ces entreprises des marchés atteignant 50 milliards de centimes. La FGD réclame donc une enquête minutieuse à la Cour des comptes pour évaluer la mise en œuvre des attributions relatives à ce grand projet royal.

Lancé par le roi Mohammed VI en 2014, ce programme de mise à niveau de la ville de Rabat, est censé permette à la capitale administrative de se hisser au rang des grandes métropoles mondiales, à travers la valorisation du patrimoine culturel et civilisationnel de la ville, la préservation des espaces verts et de l’environnement, l’amélioration de l’accès aux services et équipements sociaux de proximité et le renforcement de la gouvernance.

Sofia Elhaddady

 

 

 


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page