Les déboires judiciaires de Hamid Chabat se poursuivent

Il y a quelques jours, un expert-auditeur lui a « rendu visite » au siège de l’istiqlal pour recueillir toutes les informations se rapportant aux finances du parti.

C’était à la suite d’une plainte déposée par Hamdi Ould Errachid contre Chabat pour dilapidation d’une somme avoisinant les 7 millions de dirhams. Le secrétaire général de l’Istiqlal avait alors choisi la stratégie du silence.

Mais, il ne pourra pas adopter la même posture devant le jugement en référé qui a été rendu par le tribunal de première instance de Rabat concernant les droits sur le siège du syndicat UGTM. En effet, le juge a ordonné à Chabat à évacuer (sous peine d’utilisation de la force publique) ce siège au profit de Naâma Myara, l’autre secrétaire général du même syndicat élu à l’issue d’un congrès extraordinaire.

Or, Hamid Chabat a rassemblé une autre partie de ce même syndicat pour se faire élire secrétaire général. Mais, le ministère de l’intérieur n’ont pas reconnu cette élection, puisque la justice avait déjà interdit à Chabat d’organiser ces assises.

Il ne reste plus à Chabat qu’une issue. S’il doit continuer à survivre sur la scène syndicale, il doit reconstituer un autre syndicat, sous une autre appellation. Et au niveau du parti de l’Istiqlal, son sort semblé déjà scellé.

N.A. EL Faras


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco


Rejoignez LeSiteinfo.com et recevez nos newsletters



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page