Les dangers d’Internet pour les enfants trop relativisés au Maroc

©DR

L’UNICEF est en train de procéder au lancement de #RépondsPourTous dans le cadre de son initiative Mettre fin à la violence envers les enfants. #RépondsPourTous place les adolescents au premier plan en en faisant des intervenants de choix et leurs propres défenseurs en matière de sécurité en ligne.

Dans le cadre de cette campagne, il sera demandé aux enfants et aux adolescents d’apporter leurs conseils concernant les meilleurs moyens de réagir face à la violence ou aux risques de violence en ligne et d’y sensibiliser leurs amis par l’intermédiaire des médias sociaux.  Ce travail a reçu l’appui de l’Alliance mondiale WePROTECT qui se consacre à mettre fin à l’exploitation sexuelle en ligne des enfants par des actions nationales et internationales.

L’UNICEF, aux côtés de l’Alliance mondiale WePROTECT, demande aux gouvernements nationaux de mettre en place un dispositif de réponses coordonnées entre les systèmes de justice pénale, y compris ceux des services de répression de la criminalité, et les secteurs de la protection de l’enfance, de l’éducation et de la santé et les technologies de l’information et de la communication (TIC) et également la société civile, cela afin de mieux protéger les enfants de l’exploitation et des sévices sexuels en ligne.

Le déploiement de cette campagne s’appuie sur les conclusions d’un sondage d’opinion mondialde l’UNICEF/Ipsos portant sur plus de 10.000 personnes ayant dix-huit ans et appartenant à vingt-cinq pays, révélant les points de vue des jeunes sur les risques auxquels ils sont confrontés alors qu’ils grandissent dans un monde de plus en plus connecté.
Pour les résultats spécifiques au Maroc, le sondage montre une faible reconnaissance du danger existant sur Internet. En effet, seulement 15% des sondés sont d’accord que les enfants et adolescents sont en danger d’être sexuellement maltraités ou trompés en ligne. 68% croient que la cyber-violence ou les abus en ligne ne leur arriveront jamais et seulement 9% pensent que leurs amis participent à des comportements risqués en ligne.

Les jeunes au Maroc sont toutefois quasi-unanimes, 99%, indiquent que la sécurité et la confidentialité en ligne sont importantes. Ils sont 78% à être confiants dans leur propre comportement et disent qu’ils sont détendus quand ils sont en ligne, 88% disent qu’ils savent comment réagir afin d’éviter des situations risquées en ligne et 92% affirment qu’ils ont appris comment traiter des propos sexuels non désirés faits par des personnes en ligne.

Au niveau mondial, plus des deux tiers des filles, 67 %, sont tout à fait d’accord pour dire qu’elles doivent s’inquiéter si elles reçoivent des commentaires ou des requêtes de nature sexuelle par l’intermédiaire d’Internet, cela par rapport à 47 % des garçons. En cas de menaces en ligne, davantage d’adolescents se tournent vers leurs amis plutôt que vers leurs parents ou leurs enseignants mais moins de la moitié d’entre eux sont tout à fait d’accord pour dire qu’ils savent comment aider un ami confronté à des risques sur Internet.

Au Maroc, les jeunes se tournent davantage vers la famille et les amis pour le soutien. 73% disent qu’ils s’adresseraient à leurs parents ou tuteurs s’ils sentaient que quelqu’un les menaçaient ou qu’ils ne se sentaient pas en sécurité en ligne. 83% d’entre eux disent qu’ils s’adresseraient à des amis et 37% affirment qu’ils en parleraient à un enseignant.

Articles similaires

Suggestions d’articles

Clusters à Tanger : les autorités durcissent les mesures et ferment des entrées

Dans un communiqué, le ministère a indiqué qu’il a été décidé aussi de renforcer le contrôle pour que les personnes se trouvant dans ces zones ne quittent leurs domiciles qu'en cas de nécessité extrême tout en observant les précautions nécessaires.