Les 4 plus grosses bourdes d’El Othmani en 2019 (VIDEO)

“Il faut tourner  sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler”, conseille l’adage hexagonal. Dans notre darija nationale, un diction  affirme que “la langue n’a pas d’os”. Le premier signifie qu’il faut réfléchir avant de prononcer des bêtises, le second semble plus indulgent et trouve des prétextes aux lapsus, révélateurs ou non.

Au Maroc, comme ailleurs, nombreux ministres, secrétaires généraux de partis politiques et autres responsables et commis de l’Etat ne respectent ni le proverbe français ni l’adage de notre dialecte, n’en font qu’à leur tête et profèrent bourdes langagières sur bourdes.

Le chef de gouvernement et patron du parti islamique n’échappe pas à la règle et l’année 2019 témoignera de ses nombreuses bévues et de sa maladresse gestuelle. Ce qui, hélas, a fait de Saâeddine El Othmani l’objet de sarcasmes et de moquerie sur les réseaux sociaux, à maintes occasions. Voici quatre exemples édifiants:

D’abord, s’agissant de la  femme “rurale” (qaraouia), en présentant le bilan gouvernemental sous l’Hémicycle, le 14 mai 2019, El Othmani a fait un lapsus qui restera dans les annales. Il avait suffi, dans le mot “qaraouia”, de changer une lettre par une autre et l’adjectif , en arabe, a un autre sens vulgaire, employé uniquement dans des cafés ou des bars, par des copains intimes et… dévergondés.

Puis à Sotchi, en Russie, la façon obséquieuse avec laquelle  le chef de gouvernement a cru bon saluer Vladimir Poutine a suscité indignation, colère et ironie mêlée des Marocains. Ceux-ci avaient reproché à El Othmani d’avoir oublié qu’il représentait un chef d’Etat, et pas n’importe lequel, et un pays. Il n’avait pas, sous prétexte de respect et de bienséance, à faire des courbettes courtisanesques devant le président russe.

Surtout qu’il s’était présenté à Poutine d’une façon bizarroïde.” Je suis le chef de gouvernement du Maroc. Connaissez-vous le Maroc?”, avait-il dit au président russe, lors de la première édition du Sommet Russie-Afrique qui avait eu lieu les 23 et 24 octobre dernier, à Sotchi, ville et station balnéaire de Russie

La troisième action bizarroîde d’El Othmani, et qui avait laissé  pantois les Marocains, c’était sa présence lors de la célébration de la Fête du travail du 1er Mai 2019, à Casablanca. Présence aux côtés de l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), bras syndical de son propre parti. Et les internautes n’ont pas manqué de relever cette dichotomie digne d’une oeuvre du théâtre absurde d’Eugène Ionesco. Un chef de gouvernement soutenant les revendications légitimes de la classe ouvrière et critiquant la politique de… l’Exécutif concernant l’emploi!

Enfin, s’évertuant à baragouiner la langue de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, qu’il ne maîtrise aucunement, El Othmani  avait commis faute sur faute,bourde sur bourde en français, alors qu’il aurait bien pu n’utiliser que l’arabe littéraire et/ou la darija.

Ainsi, la récente bévue langagière du chef de gouvernement s’était produite le 17 novembre dernier, à la commune rurale Souihla, aux environs de Marrakech. Voulant traduire en français le terme “tamlik”, El Othmani  avait créé un néologisme, qui ne sera sûrement pas agréé par l’Académie française: C’est le vocable “milkilisation”, que le chef de gouvernement avait prétendu être un mot français emprunté à l’arabe!

Heureusement que pour notre chef de gouvernement, comme pour les autres auteurs de bourdes, lapsus, déformations linguistiques et attitudes obséquieuses, le ridicule ne tue pas!

Sur ce, bonne année 2020 à El Othmani, à tous les Marocains et à tous les hommes  et femmes de par le vaste monde! Et pour plus de rigolade, ne manquez pas de regarder, ici et ailleurs, les “bêtisiers” diffusés par les chaînes TV et vous verrez que les autres personnalités étrangères, monde politique et artistique confondus, sont logés à la même enseigne!

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Météo: le temps qu’il fera ce mardi 25 février

Les prévisions météorologiques pour la journée du mardi 25 février 2020, établies par la Direction de la météorologie nationale.