Le “tcharmil” sera-t-il, enfin, sévèrement sanctionné par la loi?

Le phénomène dit “tcharmil” serait-il sur le point d’être sévèrement sanctionné par la loi marocaine? Ou les Marocains en général et les internautes, en particulier, révoltés par les agissements de ces voyous sans foi, ni loi, prennent-ils leurs rêves de justice pour une décision judiciaire proche?

Pour l’heure, sur les réseaux sociaux, de nombreux posts évoquent de nouvelles lois prévoyant de lourdes peines de prison pour les porteurs d’armes blanches, ainsi que leur privation de bénéficier d’une grâce royale. Sauf que les commentaires vont tous dans le même sens et les internautes ont écrit qu’il ne s’agit que de vœux pieux, de canular et que les auteurs des publications ont fait exprès de prendre des vessies pour des lanternes.

Et Me Mohamed Almou vient corroborer cette thèse d’un espoir des citoyens que la justice réagisse fermement au “tcharmil”. Dans une déclaration à Le Site info, l’avocat au Barreau de Rabat assure que la seule réforme du système judiciaire, à l’heure actuelle, est celle qui concerne les dispositions du Code pénal.

Pour Me Almou, le Maroc ne souffre d’aucun vide juridique. Tout au contraire, précise-t-il, le pays dispose de toutes les lois législatives susceptibles de lutter efficacement contre la criminalité.Il suffit seulement, selon lui, d’appliquer les lois existantes et d’intervenir à bon escient comme moyen de prévention avant que des crimes ne soient perpétrés.

S’il y a dysfonctionnement, il réside souvent dans la remise de peines d’emprisonnement. Parfois aussi, ledit dysfonctionnement est conséquent à l’absence de témoignages en faveur des victimes de vols ou d’agressions ou également à l’absence d’aveux des mis en cause, ajoute l’avocat.

En attendant (Godot?), les criminels continuent impunément à sévir et le “tcharmil” n’est pas prêt à être éradiqué. Pendant ce temps, les citoyens continuent à rêver de jours meilleurs où la quiétude et la sécurité reprendront le dessus.

Larbi Alaoui

Articles similaires

Suggestions d’articles

Le roi Mohammed VI a écrit au président du Chili

Le Souverain saisit cette occasion pour exprimer sa profonde satisfaction des relations d'amitié solides unissant le Royaume du Maroc et la République du Chili