Le spectacle joué devant le roi et le Pape n’a pas plu à tout le monde

Le spectacle inter-religieux joué devant le roi Mohammed VI et le Pape François, le 30 mars dernier, a été différemment apprécié, ici et ailleurs.

Ahmed Raissouni, lui, a vivement décrié ce spectacle où l’appel musulman à la prière (Al Adane), l’Ave Maria chrétien et l’Adonaï juif ont été chantés à l’unisson afin de prôner la fraternité entre les trois religions monothéistes.

L’Union mondiale des oulémas musulmans, que préside Raissouni, s’est déclarée scandalisée par ledit spectacle. Dans un communiqué, elle a exprimé son grand étonnement et sa vive indignation à propos de ce qui s’était passé à l’Institut Mohammed VI pour la formation des imams morchidines et morchidates. Et de fustiger l’amalgame fait entre Al Adane, considéré comme “l’un des fondements sacrés de la religion musulmane”, et des prières et cantiques chrétiens.

Par la même occasion, le communiqué de l’Union mondiale des oulémas musulmans exprime sa profonde tristesse et son inquiétude quant à ce qui est advenu à la “Oumma” de scissions, de différends et de déchirements. Une situation aggravée par des violations de sa dignité et de sa souveraineté et par le bafouement de sa sacralité, de ses fondements et des règles de la Charia.

De même qu’il est précisé que la dernière décennie a vu des positions pernicieuses au sein de la “Oumma” visant à nuire à “la sublimité de l’islam et à son intégrité”. La Sunna du Prophète et ses imams sont également dans le collimateur de ceux qui veulent ternir l’image de la religion musulmane.

Oui au dialogue inter-religieux, oui au vivre ensemble, principes immuables de l’islam! Mais il n’est nulle question de désistement à ces fondements sacrés, prévient l’Union mondiale des oulémas musulmans en réitérant son indignation à l’encontre de l’amalgame entre les fondamentaux de l’islam et des prières et cantiques chrétiens.

Larbi Alaoui

عرض محدود مع كوراليا _ إستفيدوا من %3 تخفيض على جميع مشاريعنا

Suggestions d’articles

Le roi Mohammed VI préside la troisième causerie religieuse de Ramadan

Le roi Mohammed VI, accompagné du prince héritier Moulay El Hassan, du prince Moulay Rachid et du prince Moulay Ismaïl, a présidé, lundi au Palais Royal à Casablanca, la troisième causerie religieuse du mois sacré de Ramadan.