Le plan gazier marocain ne sera pas prêt à temps

Le plan gazier marocain ne sera pas prêt pour 2021. C’est en tout cas ce qu’a avancé le ministre de l’Énergie Aziz Rebbah lors d’une rencontre avec les médias mercredi dernier.

Aziz Rebbah s’est tout de même montré optimiste et a fait savoir que le ministère prépare une nouvelle feuille de route puisqu’il y a plusieurs éléments à prendre en compte.

Le ministre fait référence au prolongement de l’exploitation du Gazoduc Maghreb-Europe et au méga-projet « Gas to Power » qui sera révisé et ajusté.

Selon Rebbah, la part du gaz dans l’alimentation des villes marocaines en énergie sera également revue, prenant en compte la montée en puissance des énergies renouvelables.

Le Royaume, qui s’est engagé dans une transition énergétique, fait état d’un taux de 35% à fin 2018. Le ministère vise 42% de mix énergétique en 2020 et 52% en 2030. Pour ce faire, Aziz Rebbah, doit d’abord attaquer le chantier du transfert des activités relatives aux énergies renouvelables de l’ONEE à Masen, l’agence marocaine qui gère notamment les centrales solaires Noor d’Ouarzazate.

Par ailleurs, en plus des 2000 puits de charbon fermés dans la région de Jerada, Rebbah a déclaré que 1500 d’autres connaîtront le même sort cette année. Ils constituent un danger pour les habitants de la région surtout après la mort de plusieurs mineurs et la vague de protestation qu’a connue la région en 2018.

Enfin, il est à noter que le ministère envisage un renchérissement de la facture d’eau et d’électricité dans les prochains mois, mais pas pour tout le monde. Les ménages les plus démunis ne sont pas concernés.

K.B.

Suggestions d’articles

Manifestations en Algérie: le Maroc sort de son silence

La sortie de Nasser Bourita intervient suite aux allégations diffusées par certains médias algériens, accusant le Maroc d’ingérence dans les affaires intérieures du voisin de l’est.